mardi 18 avril 2017

Mes derniers avis


Cliquer sur la couverture pour atteindre la fiche du livre



Les supplices de la passion



Auteur : Marc Gouraud
Editions : Editions Edilivre


Julie Fronsac vient de réaliser son rêve : intégrer l’équipe du Commandant Philippe Dumas au sein de la brigade criminelle de Toulouse. Philippe Dumas est plus qu’un simple flic, presque une légende. Spécialisé dans la traque des pires criminels et la résolution des affaires les plus sordides, le Commandant Dumas a pour lui un palmarès forçant le respect. Mais Julie va devoir composer avec les multiples facettes de son énigmatique chef.
Flic aux méthodes plus que douteuses, amant au pouvoir de séduction fascinant et homme brisé par son passé : Julie découvrira son idole sous un tout autre jour.
Quand un terrible prédateur s’abat sur la ville rose, les heures sont comptées pour faire cesser les abominations du fou sanguinaire. Des heures qui vont plonger Julie dans l’horreur et la mener vers une vérité qu’elle n’aurait jamais pu imaginer !
Paru le 11 décembre 2014

Mon avis :

Une très jolie surprise que ce livre là....
J'ai tout d'abord été accrochée par cette couverture magnifique, puis les avis sur la toile ainsi que le résumé ont fini de me convaincre de lire ce roman et je ne le regrette pas...


Un style très agréable et des lieux familiers, dès les premières lignes je me suis laissée emporter... et je dois dire que ce premier chapitre est particulièrement troublant..... le suspense est là immédiatement, saisissant.... on comprend que les choses vont mal se passer.... 

Parallèlement, on fait la connaissance de la jeune inspectrice Julie Fronsac qui rejoint les rangs de la brigade criminelle de Toulouse sous les ordres de Philippe Dumas, un illustre inspecteur qu'elle admire au plus haut point.
J'ai beaucoup aimé ces deux personnages, cette jeune femme que l'on apprend à connaître par les divers retours dans le passé, qui gagne en densité au fur et à mesure des pages, une jeune femme volontaire, indépendante, libre... et ce flic atypique, brillant, sûr de lui, un peu flambeur au caractère changeant, un personnage énigmatique et surprenant.
Entre ces deux là, c'est le chaud et le froid, la passion et la rupture mais il faut continuer de travailler ensemble, rester professionnel et surtout arriver à coincer ce tueur fou qui sévit dans la région....

Et mon dieu... quel tueur !....  le MacGyver des tueurs, quelle imagination incroyable! Il y a une telle recherche dans la torture et le sadisme..... c'est effroyable... aucun détail ne nous est épargné .... de véritables scènes de cauchemars... Les pauvres femmes qui tombent entre ses mains vivent un épouvantable calvaire!

Toute l'équipe de la brigade criminelle est sur les dents et travaille pour arrêter les massacres... chaque membre avec sa personnalité propre s'investit à fond mais les meurtres se succèdent. L'enquête s'avère longue et ardue, le tueur ne laissant aucun indice derrière lui.
Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce roman, c'est les différents points de vue qui se succèdent, plongée, contre-plongée, mise en abîme : on est dans l'enquête avec Julie, avec Philippe, puis on vit le calvaire de différentes victimes, on entre aussi dans la conscience du tueur.
Cette succession de perspectives rend le récit vivant, alerte et palpitant. Le suspense est toujours présent, la tension palpable et on tourne les pages le souffle court parfois, à l'affût du moindre indice, de l'élément qui éclairera toute l'histoire...

Et si je me suis doutée de l'identité du tueur au deux tiers du roman, cela n'a en rien amoindri mon intérêt de lecture, j'ai aimé suivre toutes les avancés de l'enquête, comprendre le pourquoi et le comment, voir évoluer chaque personnage dans son contexte familial, privé et professionnel, toucher du doigt leurs qualités, leurs défauts, les voir vivre, s'aimer, se détester, se blesser, se jalouser et surtout se battre pour clôturer cette affaire obsédante.

Le seul bémol pour moi est le côté extrêmement agaçant du regard continuel des hommes (et des femmes aussi d'ailleurs) sur Julie, elle est constamment jaugée sur son physique, sa tenue souvent plus que légère, son côté sexy... à la longue je me suis vue lever les yeux au ciel à chaque nouvelle allusion.... je trouve qu'elle est tellement plus que ça... mais ce n'est qu'un bémol qui n'a pas réussi à entacher mon plaisir de lecture. 

Une enquête captivante, des scènes saisissantes, un tueur tortionnaire, des personnages attachants, un récit rythmé et un final bien mené.... Un très bon moment de lecture !

Ma notation : 4,25/5

lundi 17 avril 2017

Entre les mondes - tome 2 : Les descendants



Auteur : Maëlle Andals
Editions : Dreamcatcher


Alors que la paix est sur le point de régner à Méenne, Adrian est obligé de retourner dans la famille qui l’a vu naître. Il sait ce qu’il doit à son pays d’adoption ; alors ce sacrifice ne lui semble pas si grand après tout. Quant à Néva, elle a survécu… S’il est heureux de la retrouver, il va devoir pourtant lui dire adieu, encore une fois.

Dans le monde de Néva, la mission des SDO semble terminée. Néva est bien décidée à s’expliquer avec Joshua sur leur relation. Elle veut son indépendance et refuse l’idée d’appartenir à qui que ce soit et encore moins à un vampire. Mais rien ne se passe comme prévu… Pourquoi refuse-t-il de sortir de sa vie ? L’affaire est-elle vraiment terminée ? Peut-elle vraiment arrêter de rencontrer Adrian comme il le lui a demandé ?
A paraître le 1 mai 2017


Mon avis :

En complète continuité avec le tome 1, j'ai tout de suite repris le fil des aventures de Neva et Adrian qu'on avait laissés tous les deux dans des situations difficiles...
Adrian a accepté un grand sacrifice pour que les deux peuples ennemis trouvent enfin la paix et tout ne va pas être simple pour lui... Je garde un très gros faible pour ce héros si droit et courageux.
Quant à Neva, si elle a finalement survécu à la terrible épreuve de fin du premier tome, elle va elle aussi vivre des heures douloureuses ... il lui faut faire des choix qui ne seront pas sans conséquences. Si j'ai eu au départ un peu de mal avec son caractère versatile, je l'ai trouvée beaucoup plus sympathique au fur et à mesure de ma lecture, plus assurée et gagnant en densité.    

Magie, combats, tortures, morts, passion, sensualité.... le rythme est soutenu, on ne s'ennuie pas un instant et les aller-retours entre ces deux mondes restent palpitants et pleins de péripéties. C'est parfois tendre (quelques beaux moments suspendus entre Adrien et Neva) , parfois (souvent) cruel, violent, j'ai beaucoup souffert avec lui, pour elle... mais c'est toujours passionnant et je n'ai absolument pas vu défiler les pages !

Un tome où l'impossible devient possible, où des révélations fracassantes sont déterminantes pour les deux héros et leurs mondes. J'ai beaucoup aimé ce retour sur le passé, toute la mythologie imaginée par l'auteur, les liens qui s'articulent et les répercussions qui s'en suivent. Il est primordial de garder fermer dorénavant ce passage qu'ils ont su ouvrir, de couper ce lien entre eux à la fois si fort et si ténu... Ce sera une gageure de plus dans leur quotidien si éprouvant ! 

Autour d'eux gravitent toujours un tas de personnages tantôt attachants, tantôt détestables (mais vraiment détestables !) , l'univers créé est riche et foisonnant, les surprises nombreuses. Mais au dessus de tout cela, il y a Joshua, un personnage particulièrement insaisissable que je trouve terriblement fascinant . Tantôt sombre et violent, tantôt tendre et amical, il reste une véritable énigme. On le sent véritablement dangereux mais je ne peux m'empêcher de vraiment l'aimer. Un personnage pivot pour moi qui n'a certainement pas fini de nous étonner...

Une lecture pleine de surprises, vivante, rythmée, des personnages de plus en plus attachants, des révélations importantes et encore plein de questions en suspens ..... Vivement le tome 3 !

Merci aux Editions DreamCatcher pour ce service presse.

Ma notation : 4/5

dimanche 16 avril 2017

Désolée.....je ne sors pas



Auteur : Mahira Delanney
Editions : Les Cerises


William est de ceux qui ne peuvent vivre enfermé. Il a besoin d’espace, d’air libre et d’exercices. Vélo, moto, surf, deltaplane… cet « adulescent » de trente ans, plus téméraire que courageux, ne connait ni règle ni limite. Et lorsqu’il a besoin de se ressourcer c’est au pied des plages et des falaises qui l’ont vu grandir, à Etretat, qu’il établit sa tanière. Au premier soir de son emménagement, le manque d’électricité le fait sonner chez sa voisine qui n’est pas très accueillante, c’est le moins que l’on puisse dire. Qui est donc cette femme qui ne parle qu’à travers sa porte close et n’apparaît qu’en ombre chinoise ? « Désolée…je ne sors pas » raconte l’histoire d’un homme libre comme l’air et d’une femme prisonnière de son esprit.
Paru le 29 mars 2017



Mon avis :

Une histoire qui s'articule en deux temps pour moi : une première partie que j'ai vraiment savourée avec grand plaisir et une seconde partie qui m'a complètement perdue....

Tout d'abord il y a une plume, vraiment.... c'est très joliment écrit et j'aime beaucoup lire les textes de Mahira Delanney. Il y a une vraie fluidité, une aisance dans les descriptions des sentiments, des personnages, des situations. C'est toujours un vrai plaisir de lecture !

Un début de roman que j'ai beaucoup beaucoup aimé : la rencontre entre deux êtres que tout sépare, j'ai été tout de suite interpellée par la particularité de l'héroïne, tous ses problèmes qui ont envahi son quotidien et bridé sa vie de façon drastique.
Le première rencontre avec ce voisin fantasque et si vivant est savoureuse et j'ai trouvé très original toute l'approche entre eux, cette façon de communiquer, cette curiosité première qui peu à peu se transforme en attachement sincère. Tous les jeux qui s'installent entre eux sont touchants : les regards dérobés, l'observation, les progrès pas à pas de Elsa qui se laisse apprivoiser. Il y a de bien jolis moments entre ces deux là... y compris ceux qui transitent par internet (une jolie trouvaille encore là)

Les deux héros sont très attachants : la jeune femme pleine de fragilité, délicate, enfermée dans ses peurs et son appartement, dans une solitude quasi totale, elle est touchante.... William, sûr de lui, entreprenant, un véritable feu follet plein de vitalité mais pas que.... il fait montre d'une grande sensibilité, d'une perspicacité redoutable et d'une empathie incroyable pour les autres, un bien joli personnage !
Ils sont entourés par des potes sympathiques et une famille aimante, surtout le père affectueux et le frère dévoué et protecteur.

Un vrai bonheur de lecture que cette première partie, mais hélas la seconde partie du roman n'a pas tenu toutes ses promesses à mon goût très personnel.... J'ai trouvé que les difficultés d'Elsa se résolvaient trop vite, et surtout que les personnages secondaires venaient parasiter l'histoire principale : les problèmes de Fabrice ou encore des deux fugueurs ne m'ont pas captivée.... il y a un peu trop de larmes, de questionnements, d'histoires parallèles qui viennent délayer l'intérêt.

J'aurais préféré continuer ce huis clos savoureux entre les deux héros avec un approfondissement de leurs relations, une avancée plus douce entre eux, par paliers successifs, j'aurais aimé rester centrée sur leurs sentiments...

C'est un ressenti tout personnel et je reste persuadée que d'autres lecteurs aimeront ce livre de bout en bout.
Et malgré cette fin de roman qui ne m'a pas emportée, je retiens une idée de départ originale, des personnages attachants et une très jolie narration.

Ma notation : 3/5


jeudi 6 avril 2017

Les trois petits champions


Auteur : Coralie Saudo
Editions : Balivernes Editions

Il était une fois trois petits cochons très doués et un vieux loup qui rêvait de voyager.
Qui aura la chance d'accompagner le loup ?

Les trois petits cochons ont gagné toutes sortes de médailles et de trophées car ils sont super doués en tout ! Mais ils sont aussi inséparables... Un jour, un vieux loup tout édenté, tout rabougri, vient à passer pour leur demander de l'aide. Il doit voyager et voudrait quelqu'un pour l'aider. Les trois petits champions veulent tous être celui qui partira.
Alors le loup doit les départager et comme au terme de son voyage, il aura besoin d'une maison, il leur demande de montrer leurs talents en construction. Mais ce n'est pas une grande réussite. Car leurs médailles, ils les ont gagnées ensemble, jamais chacun pour soi. Et il faudra convaincre le loup que tous les trois c'est bien mieux que tout seul... 
Un petit conte détourné où le loup est bien loin d'être méchant et a même besoin d'aide. Les maisons des trois petits cochons sont toutes aussi fragiles, même celle de brique, car quand on réalise quelque chose tout seul, c'est toujours moins drôle et moins solide qu'à plusieurs et surtout entre amis !
Paru le 14 mars 2015

Mon avis :

Un grand merci à Babelio et à Balivernes éditions pour la réception de cet album, un album plein d'humour et de jolies surprises...

Tout d'abord les illustrations que j'aime vraiment beaucoup, c'est rond, c'est coloré et surtout les dessins ressemblent à des morceaux de tissus assemblés comme un album patchwork. Même les petits cochons ont chacun leur propre imprimé. L'ensemble est vraiment très plaisant. En outre, il se cache des petits dessins au fil des pages, des silhouettes évidées de souris, oiseau escargot etc.... qui ajoute un charme supplémentaire et que mes élèves (sitôt reçu, sitôt exploité en classe...) se sont amusés à chercher avec beaucoup de plaisir.

Quant à l'histoire même, tout en ménageant des ponts et des clins d’œil parfois textuels à la version originale du conte, la réécriture est plutôt très réussie. On en retrouve les éléments essentiels, à savoir, les trois cochons, les trois maisons de paille, de bois et de briques, mais la grosse différence repose sur la personnalité du loup, un bon vieux loup inoffensif qui ne fait plus peur à personne et qui vient quémander un peu d'aide.
Unisson, désunion puis nouvel unisson, il y a trois temps dans l'histoire pour amener vers une jolie morale que les enfants comprennent vraiment.

A tout cela s'ajoutent des petites touches d'humour savoureuses destinées aux plus âgés ce qui donne à cet album une petite dimension supplémentaire. Il faut aller chercher dans les détails pour tomber sur des diplômes de victoire en tennis à Wimblechon, ou bien en vélo dans le fameux Tour de ferme .... J'adore !

Bref, un album très abouti tant dans le dessin et les détails que dans l'histoire que mes élèves ont approuvée avec un bel enthousiasme !

Ma notation : 4,25/5



vendredi 17 mars 2017

Cinder


Auteur : Marie Sexton
Editions : Mxm Bookmark



Eldon Cinder donnerait n’importe quoi pour revoir le prince Xavier une dernière fois, mais seules les femmes sont invitées au bal royal. Quand une sorcière propose de faire d’Eldon une femme pour seulement une nuit, il accepte.
Un sort.
Une nuit.
Une danse.
Qu’est-ce qui pourrait mal tourner?
Paru le 1 octobre 2014




Mon avis :

Il faut avouer que c'est cette couverture sublime qui a tout d'abord attiré mon attention, puis l'auteur et le résumé qui ont fini de me convaincre.
J'aime beaucoup les réécritures de conte et celle-ci est très réussie, sans dénaturer l'esprit initial mais avec une vraie liberté.


Eldon Cinder vit chez sa tante avec ses deux cousines. Il y fait office de domestique et est passé maître dans l'art de coiffer et habiller les deux filles, il passe quasiment tout son temps à les servir.
A l'occasion d'une sortie en forêt, il va rencontrer sans le reconnaître le prince.... une jolie connivence s'installe entre ces deux-là, et jours après jours, ils multiplient les rencontres, échangent, discutent, apprennent à se connaître. Ce sont des petits moments hors du temps ou chacun échappe à son quotidien pesant, des rendez-vous précieux.

Mais le prince doit absolument prendre une épouse pour pouvoir hériter de la couronne... Un bal est de ce fait organisé où seules les jeunes filles du royaume sont conviées...
Eldon donnerait tout pour une dernière entrevue avec cet homme qu'il chérit secrètement....


Et bien entendu, comme dans tout bon conte qui se respecte, tout devient possible avec une pincée de magie, même les invraisemblances, surtout les invraisemblances pour notre plus grand bonheur ! 

J'ai beaucoup aimé d'une part la plume de l'auteur, c'est vraiment bien écrit/traduit, et d'autre part le traitement du conte qui est dépoussiéré de jolie façon. Point de citrouille ou de carrosse, mais des clins d’œil successifs aux contes de notre enfance : Raiponce, La belle au bois dormant etc....et surtout de jolies trouvailles : le personnage de Milton, drôle, attachant...., la fée très originale qui devient un mixte de toutes celles qui subsistent au creux de nos mémoires, celles des frères Grimm, d'Andersen et autres...

Un texte court, de la passion, de la magie, du rêve et un rien de sensualité, une lecture d'adulte aux parfums de l'enfance .... un joli moment de lecture ! 

Ma notation : 4/5

mercredi 15 mars 2017

Montana 1948



Auteur : Larry Watson
Editions : Gallmeister


De l'été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n'a pu chasser ni même estomper. Ainsi s'ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l'encontre de l'oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d'une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d'avoir à choisir entre la justice et la loyauté à sa famille. Montana 1948 raconte la perte des illusions de l'enfance et la découverte du monde adulte dans une écriture superbe, digne des plus grands classiques américains.
Paru le 30 avril 2010

Mon avis :
Un petit livre court, tout juste 160 pages, mais qui possède une grande force d'évocation.
Une écriture classique et dense, une écriture belle et ample, une narration fluide ciselée pour raconter un récit qui s'apparente aux grandes tragédies classiques.

David Hayden est un jeune garçon solitaire,  un gamin qui s'épanouit avant tout dans l'isolement et la nature.
"Il m'arrivait de pouvoir rester assis pendant une heure sur un rocher, au bord de la rivière, sans souhaiter d'autre conversation que le murmure régulier de l'eau. J'étais sans aucun doute un enfant introverti, mais plus encore, j'éprouvais hors de la société une plénitude qu'il m'était absolument impossible de ressentir en son sein."
Il nous raconte un épisode particulièrement tragique de sa vie, intervenu l'année de ses 12 ans.

Pour planter le décor, dans la famille Hayden, il y a le grand-père, Julian  figure imposante de Bentrock, ancien shérif et propriétaire d'un ranch florissant, un homme autoritaire. et qui n'a d'yeux et d'intérêt que pour son second fils... 
Il y a le premier fils Wesley, shérif et père du jeune David, un homme au genou abîmé, ce qui lui a valu d'être réformé et de faire pâle figure à côté de son frère au charisme flamboyant.
Et il y a Frank, héros de guerre, médecin respecté et le préféré de son père qui n'a d'yeux et d'intérêt que pour lui et  occulte complètement l'autre...
Toute cette petite famille vit en bonne intelligence, Wesley avalant en silence les rebuffades du père et la préférence étalée aux yeux de tous.

Marie Little Soldier, une jeune fille sioux au service de la famille tombe malade et semble tétanisée de peur à l'idée de se faire soigner par Frank Hayden.  Intriguée et un brin inquiète, la mère du jeune David creuse un peu la question ....et l'accusation tombe, violente, indécente et c'est toute la famille qui vole en éclat...
"Ce que j'entendis annonçait une telle rupture dans nos existences, un tel abîme séparant désormais ce que nous étions de ce que nous ne serions plus jamais, qu'il faudrait, semble-t-il, mesurer le temps à cette aune."
David du haut de ses douze ans, gamin curieux qui se glisse derrière les portes pour cueillir chaque confidence, chaque conversation, va être le témoin privilégié d'un drame qui se joue entre les trois hommes de son clan, un drame intimiste, un drame violent. 
Son père est écartelé entre son devoir de shérif et son lien affectif de frère et de fils... un choix cornélien, et David va assister à toutes ses hésitations, au combat d'un homme avec sa conscience....

Dans cette petite ville du Montana où les Indiens sont implantés et vivent mêlés à la population, il demeure encore de nombreux préjugés et le racisme reste latent. Même le shérif, un homme droit n'y échappe pas :
"....autant avouer tout de suite quelque chose que je préférais oublier : mon père n'aimait pas les Indiens. En fait, on ne peut pas vraiment dire qu'il ne les aimait pas, mais il avait peu de considération pour eux. Il n'avait rien d'un esprit mesquin et haineux - il pensait certainement être aussi exempt de préjugés q'on peut l'être - et il pouvait se montrer généreux bon et respectueux envers les Indiens, comme avec tout un chacun. Néanmoins il pensait que les Indiens étaient, à quelques exceptions près, ignorants, paresseux, superstitieux et irresponsables....."
Et si au départ, la tentation est très forte pour Wesley Hayden de minimiser toutes ces accusations, c'est l'intervention du jeune garçon qui va jouer un rôle essentiel dans la tragédie qui se déroule cet été là. qui va précipiter les choses.
Devant l'inéluctable, le frère et shérif va prendre une décision lourde de conséquences .... l'atmosphère petit à petit devient étouffante, la tension enfle jusqu'au dénouement inattendu!

Un été violent qui bouleverse la vie d'une famille, la fraîcheur du regard d'un enfant qui s’abîme contre la violence des hommes, la tragédie d'un homme seul face à sa conscience.....un récit d'une grande sensibilité,  maîtrisé de bout en bout et un très bon moment de lecture.

Ma notation : 4,6/5