vendredi 26 janvier 2018

Follow me - tome 2 : Nouvelle chance


Auteur : Fleur Hana
Editions : Hugo New Romance



Au moment où Margaux revient dans le Sud et devient la nouvelle voisine d'Anthony, elle a dans ses bagages un cœur brisé et une amitié qu'elle a elle-même piétinée.

Elle a besoin d'une épaule, il lui propose son soutien.
Elle lui propose son amitié, il a besoin de plus.

En chamboulant leurs repères, leur rencontre pourrait tout changer... et leur offrir une nouvelle chance.
Paru le 18 mai 2017




Mon avis :

Encore une jolie petite lecture dans la continuité du tome 1.

C'est un vrai plaisir de retrouver tout ce petit monde, toujours la même bande de potes et si j'aime la connivence entre eux, les blagues, la solidarité sans faille, je n'ai pas du tout aimé ce que devient Lise dans ce tome, elle vocifère, se mêle de tout, met sur pieds des plans foireux... ce n'est pas du tout comme cela que je l'avais perçue dans le tome 1, certes elle était directe et loin des clichés mais c'était aussi  quelqu'un de beaucoup plus subtil, profond...et intérieur... Ceci dit, ce n'est vraiment pas le point essentiel du livre, le focus est mis sur Anthony cette fois-ci.

Anthony : personnage particulièrement attachant, sensible, prévenant mais qui sait aussi s'affirmer quand il le faut. Il garde au fond de lui une blessure d'enfance encore douloureuse, de celle qui ne peut se guérir. Lorsqu'il rencontre Margaux, il est intrigué, attiré, séduit....et il va tout faire pour se rapprocher d'elle. Il va devenir le parfait meilleur ami, celui sur qui elle peut s'épancher à volonté.

Margaux : personnage très ambivalent qui ne suscite aucune sympathie au premier abord, froide, tournée vers ses petits problèmes, pétrie d'une culpabilité de façade... c'est une poupée façonnée, toujours dans le paraître.... Mais Anthony va s'intéresser à elle, gratter ce vernis pour peu à peu découvrir ce qui s'y cache....
Elle se révèle au fil de temps pleine de surprises,  délicate lorsque Anthony en a besoin, juste une présence, un effleurement... et on apprend à la comprendre à défaut de l'excuser.

Entre ces deux-là, l'histoire se construit pas à pas, Margaux va le blesser, Anthony va la bousculer.  Quelle patience chez lui ! Il est confronté à des problèmes tellement plus profonds que ceux qu'elle s'invente...  

Parce qu'il y a Aurélie.... sa patiente qu'il va soigner quasi tous les jours, il ne peut lui offrir que des soins palliatifs et tenter de soulager au mieux ses souffrances...
Dans ce tome-ci, la fonction d'infirmier prend plus de place,  et la question de l'accompagnement des familles, la mort inéluctable qui frappe à n'importe quel âge est abordée largement. C'est extrêmement poignant que voir cette petite jeune fille décliner peu à peu et sentir à quel point Anthony est submergé d'émotions. 
Il y a un douloureux parallèle entre Aurélie  qui s'éteint sans avoir vraiment vécu et Margaux qui s'encombre de faux sentiments, de faux semblants et de paraître et qui s'empêche par là même de vivre. C'est d'ailleurs après cette prise de conscience que cette dernière grandit, prend de la substance.

Il y a foison d'autres points positifs dans ce livre, le couple de père de Margaux savoureux, Madame Boulon désopilante vieille dame cougar, Morgan le frère de Margaux attentionné et prometteur, le lexique vintage avec l'univers de Margaux, la musique encore et toujours ......

Ce roman est un mélange de légèreté, d'humour et de gravité, les questions profondes abordées apportent une vraie dimension au récit.

Ma notation : 4,25

mercredi 24 janvier 2018

L'Hôtel



Auteur : Yana Vagner
Editions : Mirobole Editions


Dans la neige, une femme tente de regagner le chalet où elle voit ses amis boire et discuter tranquillement. A deux doigts de la porte salvatrice, elle trébuche et se fait poignarder. Ce n'est que le début d'un huis-clos angoissant dans un "Hôtel" situé en altitude et accessible en seul téléphérique. Neuf Russes - quatre hommes, cinq femmes - membres d'une équipe de tournage s'y sont retrouvés pour un séjour d'une semaine. L'endroit est pourvu de nourriture et de bois de chauffage en quantité. Mais les portables n'y captent pas de réseau. Et bientôt une tempête de glace coupe l'électricité. La découverte du cadavre provoque un choc parmi les personnages, surtout quand ils comprennent que le meurtrier se trouve parmi eux.
Paru le 5 octobre 2017

Mon avis :

Un synopsis intriguant, une maison d"édition dont j'aime beaucoup la ligne éditoriale et l'originalité, un prologue vraiment efficace et pourtant, dans un premier temps, la narration éclatée qui change de point de vue d'un paragraphe à l'autre, qui s'adresse au lecteur est très déstabilisante. Il faut un peu de temps pour s'habituer et finalement vraiment apprécier ce rythme très particulier.

9 russes, amis de longue date, se retrouvent dans un hôtel pour un petit séjour vacances avant le tournage d'un film dans lequel ils sont tous engagés à divers niveaux.
9 personnages très différents, aux caractères parfois bien trempés, particulièrement antipathiques, tapageurs, irrespectueux, portés sur la boisson. Ils se connaissent depuis plus de 20 ans, une amitié indéfectible semble les lier.
Oscar a la lourde mission de gérer le bien être de tout ce petit monde et la tâche n'est pas de tout repos surtout avec la charge d'antipathie qu'il porte contre le peuple russe qui puise sa source dans l'histoire entre les deux pays et la chute du communisme.

Le séjour ne va pas se dérouler comme prévu, un meurtre est commis, le grésil survient, routes bloquées, coupure de courant, ils se retrouvent  totalement isolés autour de ce cadavre.

L'atmosphère devient vite pesante, l’hôtel semble se resserrer autour d'eux et favoriser les tensions. Il prend vie, devient personnage central avec ses portes qui s'ouvrent sur des vérité dérangeantes et la chaudière devient cœur de l'édifice, ronronne....
Peu à peu, ces personnages superficiels, dans le paraître et habitués au monde clinquant du cinéma prennent de la densité, relèvent les masques et la belle amitié, les faux-semblants, les connivences, les couples, tout se délite.... l'assassin est parmi eux, on s'observe, les rancœurs jaillissent....

Quelle justesse dans la précision quasi chirurgicale avec laquelle l'auteur décortique les sentiments humains ! Les tensions, la violence, les lâchetés, la peur et les éraflures de l'amitié.
Les couples se déchirent, on plonge dans le passé de chacun, un à un, et peu à peu ces personnages quasi sans consistance prennent corps, les âmes de dessinent dans toutes leur complexité.

La tension est exacerbée par une sorte de contre la montre, comprendre et gérer avant l'arrivée des secours, des forces de l'ordre... il y a une sorte de besoin vital à démêler cette histoire en vase clos,  c'est leur propre histoire commune qui se noue, se rejoue et se dénoue.... Tout le monde avait quelque chose à reprocher à Sonia, tous sont potentiellement coupables.

L'atmosphère est vite saturée de violence verbale ou physique... le drame se déroule en plusieurs actes, dans un huis clos étouffant parce que Oscar, l'intrus, est là au milieu d'eux et empêche toute facilité, toute compromission, ils ne peuvent s'arranger des faits et sentiments comme ils le font depuis 20 ans. Oscar est véritablement un personnage pivot du récit, sa seule présence silencieuse pèse sur tous et oblige chacun à regarder la réalité crue,  chaque vérité à se révéler....

Minutie des comportements, des pensées, des émotions, justesse du propos, c'est criant de vérité, effroyable de cruauté et d'indécence parfois. Le lecteur devient témoin de l'intime de chacun, de ses lâchetés, de ses peurs....une plongée directe sans filtre dans l'âme humaine...

La fin est passionnante, tout s'emballe et tient le lecteur en haleine jusqu'au bout....
Un véritable thriller d'atmosphère glaçant, captivant et une fin très réussie, surprenante, et terriblement réaliste.


Vivement le prochain Yana Vagner !

Un grand merci  à Mirobole Editions pour la version numérique de ce roman, j'ai depuis la version papier sur mes étagères !


Ma notation : 4,5/5

lundi 15 janvier 2018

40 éléphants - tome 1 : Florrie, doigts de fée



Auteurs : Virginie Augustin, Kid Toussaint
Editions : Grand Angle


Le crime est une affaire de professionnelles.
Londres 1920. Elles sont quarante. Voleuses, tueuses, kidnappeuses, cambrioleuses, proxénètes... Issues des divers milieux de la société, elles ont fait du crime leur affaire et se sont associées pour plus d'efficacité. Lorsqu'arrive Florrie « doigts de fée », jeune pickpocket talentueuse, toute l'organisation se révèle fragile et une lutte interne risque d'éclater. Le moment est mal choisi, car les éléphants doivent faire face à une police de plus en plus performante et à un gang masculin rival reconstitué et bien décidé à reprendre son territoire.
Paru le 2 novembre 2017


Mon avis :

Pendant la première guerre mondiale les femmes se sont affranchies dans tous les domaines et notamment dans celui du crime organisé.

Londres 1920, le gang de Queen Kate règne sur tous les trafics mais les hommes de retour du front ne comptent pas leur laisser la main, les voleurs d'Art Stocker tentent de regagner le territoire et la police est à l’affût. 
Les tensions sont vives et c'est dans ce contexte que la jeune Florie, pickpocket virtuose est introduite par Esther dans la bande féminine surnommée les 40 éléphants qui comprend des femmes de tout bord aux motivations très variées. Au sein du groupe règne une certaine solidarité, la vie est rude pour ces femmes qui ont du apprendre à s'en sortir par tous les moyens et certaines ont abandonné leur humanité en chemin.... Florie apprend à les connaître peu à peu, certaines deviendront ses amies, d'autres ses ennemies. 

Avec un scénario très maîtrisé, les auteurs nous entraînent dans le Londres des années 20, dans une sombre aventure très prenante qui recèle de vraies surprises. J'avoue n'avoir rien vu venir et avoir savouré chaque page de cette histoire. Le danger est palpable, le suspense prend de l'ampleur peu à peu et le personnage de Florie se révèle, gagne en densité page après page. 

Les dessins et les couleurs sépias créent une ambiance rétro particulière qui colle parfaitement au récit. Les visages expressifs, les rebondissements, tout concoure à nous immerger dans cette aventure palpitante.

Une intrigue efficace, de beaux portraits de femmes, un personnage énigmatique attachant, une atmosphère pesante, des surprises de taille.... Un premier tome réussi !

Merci à Babelio et aux éditions Grand Angle pour cette belle découverte !


Ma notation : 4,25/5


vendredi 12 janvier 2018

Mes dernières plus belles lectures...

Cliquer sur la couverture pour atteindre la fiche du livre


Les dernières plus belles, plus marquantes,
plus émouvantes, plus drôles.....

Follow me - tome 1 : Seconde chance



Auteur : Fleur Hana
Editions : Hugo Roman



Lise et Ange. Ils étaient amoureux, avec la douceur et l'émerveillement qu'un premier amour peut apporter. 17 ans, il savait déjà. 
18 ans, elle est partie. Il ne s'en est jamais vraiment remis. Elle ne l'a jamais vraiment oublié. 
Et puis elle est revenue. Pas pour lui. Mais maintenant qu'elle est là, elle le veut, lui. Il essaie vraiment, mais il a tellement souffert qu'il ne sait plus lui faire confiance... L'histoire de Lise et Ange est une histoire de la deuxième chance. Celle qu'elle lui demande et qu'il n'est pas sûr d'être en mesure de lui offrir.
Paru le 27 avril 2017



Mon avis :

Une bien jolie romance qui s'éloigne des clichés habituels du genre... Ici pas de bad boy, pas de jeune fille effarouchée qui se laisse mener par les désirs du mâle alfa ....
Lise n'a rien du profil type de l'héroïne de romance, jeune fille quasi androgyne toujours attifée de jean, grand t-shirt et doc martens elle est aussi très fantasque, directe et prend parfois des décisions à l'emporte pièce....
Appelée au chevet de Annabelle, la vieille dame qui lui sert de grand mère depuis si longtemps, elle croise sur le pallier Ange, son amour fou de jeunesse, celui-là même qu'elle a quitté plus ou moins sur un coup de tête, emportée par des souhaits de carrière et l'envie de croquer le monde comme on peut en avoir à 18 ans.... un regret planté bien profondément dans son cœur  ...
Ange n'est plus l'adolescent qui l'adulait, c'est devenu un homme ombrageux profondément blessé... et père de famille. Très émouvant de suivre son combat intérieur, de le voir se débattre entre ses sentiments toujours présents et le manque de confiance qu'il éprouve désormais.

Peut-on reconstruire sur un passé douloureux ? C'est tout le propos du livre, l'amour peut-il dépasser les blessures, il faut apprendre à se redécouvrir, à se refaire confiance et à recoller les morceaux, pardonner, c'est difficile, parfois tenu... il faut accepter ses propres responsabilités, ses sentiments : amour, rancœur, méfiance, connivence.... tout s’emmêle et il faut du temps pour tirer chaque fil ... 

Outre l'histoire touchante, la narration à deux voix apporte beaucoup à l'histoire, ici même il n'y a pas un classique aller retour chapitre après chapitre entre les deux protagonistes, mais d'une page sur l'autre, d"un paragraphe à l'autre, pour quelques lignes parfois...
Une jolie plume vraiment, parfois tout en pudeur et en retenue lorsqu'il s'agit d'émotion.... quelques phrases dépouillées mais où tous les sentiments affleurent encore plus que s'ils étaient nommés... Intimiste, réaliste, chaque confidence nous amène au plus près des personnages auxquels on ne peut que s'attacher.
Les relations entre eux sont directes, pas de jeux malsains, il y a cet amour fou toujours là mais il y a les plaies qu'il faut  parvenir à apaiser. Ange est très touchant, peu à peu Lise mesure le désespoir dans lequel son abandon l'a plongé et l'homme méfiant, sur la réserve qu'il est devenu...

Et il vient s'ajouter un humour bienvenu par le biais de la délicieuse mais insupportable glumaude qui sert de trait d'union entre ces deux écorchés un peu maladroits qui ne savent comment se retrouver vraiment. Il y a foison de passages drôles, Lise encore une fois est bien loin des stéréotypes féminins dans son regard sur les enfants et c'est savoureux !

En parallèle, il y a le thème des souvenirs qui s'effilochent, avec cette vieille dame émouvante, et dont on mesure l'importance et ceux auxquels on se raccroche qu'on espère recoller, revivre, un parallèle très intéressant. Peut-on écarter, sur du ressentiment, tous ces souvenirs si précieux quand d'autres perdent les leurs si douloureusement.... 

Pour finir, il faut aussi noter les belles amitiés dans ce roman... ces quatre amis qui partagent à la fois leur boulot et leur vie, Loïc le confident fidèle ainsi qu'une très chouette playlist qui donne envie de ressortir tout un tas d'albums pour les écouter !

Il y a néanmoins quelques petites facilités comme Marie d'un premier abord farouchement contre Lise et qui s'adonne sans discuter à l'échange de courrier, Jérôme qui disparaît totalement du paysage.... mais j'ai tout de même beaucoup aimé ce livre plein de délicatesse, d'humour, de chagrin et d'espoir....

Encore une bien belle histoire sur mon étagère consacrée à  Fleur Hana ! 

Ma notation : 4,5/5

lundi 27 novembre 2017

Au milieu de nulle part


Auteur : Roan Parrish
Editions : Juno Publishing



Daniel Mulligan est un dur à cuir tatoué à la langue bien pendue, cachant son mal-être derrière le sarcasme. Il ne s’est jamais intégré – que ce soit chez lui à Philadelphie avec son père et ses frères mécaniciens, ou à l’école où ses camarades de classe de la Ivy League le regardaient de haut. Maintenant, Daniel est soulagé d’avoir un emploi dans un petit collège de Holiday, dans le Michigan, mais c’est un garçon de la ville et il est clair que cette petite ville est un autre endroit dans lequel il ne s’intègrera pas.
Rex Vale s’accroche à sa routine pour tenir sa solitude à distance : affûtant son corps musclé, perfectionnant ses recettes, et fabriquant des meubles sur mesure. Rex vit à Holiday depuis des années, mais sa timidité et sa taille imposante l’ont empêché de se lier aux habitants. Lorsque les deux hommes se rencontrent, l’alchimie est explosive, mais Rex craint que Daniel ne soit qu’un autre homme dans une longue lignée de gens qui l’ont quitté, et il a appris que laisser quelqu’un s’approcher de trop près peut être une faiblesse fatale.
Alors qu’ils commencent à briser les murs qui les isolent, Daniel est rappelé chez lui à Philadelphie, où il découvre un secret qui change sa perception des choses.
Paru le 30 juin 2016

Mon avis :

L'atout principal de cette lecture est Daniel, un personnage extrêmement attachant, complexe et plein de contradictions....il ne cesse de surprendre et de toucher.
La vie ne lui a pas fait de cadeau, il a du se battre tout seul, à force de volonté, pour parvenir à se construire, à gravir les échelons, devenir professeur... Son passé est terriblement difficile. Issu d'une fratrie de garçons tous voués à travailler dans le garage paternel, il a persévéré pour réussir ses études bien qu'il détonne dans cette famille de manuels où sa sexualité n'a jamais été acceptée et ses aspirations jamais comprises. Véritable électron libre, il a appris à ne compter que sur lui-même.

Lorsqu'il rencontre Rex au milieu de nulle part, c'est un être solitaire, farouche qui refuse de laisser quiconque s'approcher trop près et surtout incapable de faire confiance. Un ipod constamment sur les oreilles, une sorte d'écran entre lui et les autres...c'est un citadin branché, adepte des technologies qui a sciemment choisi sa solitude.
Il y a un vrai contraste entre ces deux là, Rex c'est la force tranquille, un brin ombrageux, il est là pour Daniel encore et toujours, prêt à l'aider à maintes occasions. Il y a chez lui un grand pragmatisme, une habilité manuelle qu'il met bien volontiers à son service.
Quant à Daniel il n'est pas du tout prêt à le laisser faire. Chaque geste lui semble suspect, il ne veut devoir rien à personne et ne sait rien accepter en toute simplicité, il est asocial, incapable du moindre partage et bien souvent terriblement blessant. Tous ses refus sont autant de rejets cinglants. Il y a des quiproquos entre eux, des incompréhensions, des malentendus mais Rex est un phare dans la tempête, droit, solide, toujours là... Quel joli personnage ! Ses faits et gestes tout en délicatesse en disent souvent bien plus que les mots...

Un bien beau récit plein de profondeur sur la solitude, sur la difficulté à faire confiance, sur les fratries et leurs relations parfois tumultueuses, bouillonnantes, bien plus complexes qu'il n'y parait au premier abord..
Quelle histoire que celle de Daniel et sa famille ! Des relations dures, violentes entre frères qui ne se comprennent pas.... c'est cruel mais aussi passionnant et la densité du personnage de Colin m'a beaucoup touchée...
Et puis il y a tout l'environnement  : la forêt, la tempête de neige, tous les petits détails du quotidien, le pain beurré avec les pâtes.... et l'ambiance feutrée, chaude, conviviale de la maison de Rex...

Les personnages secondaires sont tous importants et savoureux, Will et Léo, mais surtout la meilleure amie de Daniel, Ginger la tatoueuse, si attachante et si présente dans sa vie, c'est sa seule réelle affection ....  je souris encore au souvenir des petits surnoms vraiment craquants dont elle l'affuble : citrouille, pissenlit etc....

La fin est particulièrement cruelle pour le lecteur, il manque certaines réactions qu'on attendait ... L'histoire de Colin reste en suspens, ainsi que certaines décisions...
Quelle frustration de ne pas avoir le tome 2 sous la main !

Un bémol pour la traduction qui souffre de nombreuses maladresses.... 

Ma notation : 4,6/5

dimanche 26 novembre 2017

The Black November



En ce mois de novembre, j'ai décidé de participer au challenge lancé par Séverine Lenté sur le groupe The Black November

Voici les consignes :

- Du 1er au 05 : Choisir des thrillers avec sérial-killer.
- Du 06 au 12 : Choisir des thrillers avec un enfant comme personnage important.
- Du 12 au 19 : Choisir des thrillers d'auteurs français.
- Du 20 au 26 : Choisir des thrillers issus d'une saga et/ou avec un personnage récurrent.
- Du 26 au 30 : Choisir des thrillers sortis en 2017 (GF ou poche).

J'ai bien entendu constitué une PAL dans laquelle je vais piocher durant tout le mois et je vais tenir à jour mon bilan au fur et à mesure :

- Block 46 de Johana Gustawsson
- Carnaval de Ray Celestin
- Misericorde de Jussi Adler-Olsen
- Des garçons bien élevés de Tony Parsons
- Sans défense de Harlan Coben
- Surtensions de Olivier Norek 
- Te laisser partir de Claire Mackintosh
- Un souffle, une ombre de Christian Carayon
- Le chuchoteur de Donato Carrisi 
- Derniers adieux de Lisa Gardner
- Le tueur intime de Claire Favan
- La trilogie écossaise de Peter May
- L'affaire de l'homme à l'escarpin de Jean-Christophe Portes
- Aquarium de David Vann
- Le diable en personne de Peter Farris 
- Am stram gram de M. J. Arlidge
- Colère noire de Jacques Saussey 
- Plateau de Franck Bouysse
- Les cafards de Jo Nesbo
- Un moindre mal de Joe Flanagan  mon avis 
- Le doute de S.K. Tremayne 
- Les temps sauvages de IAN Manook
- L’hôtel de Yana Vagner
- Le gardien invisible de Dolores Redondo