mardi 26 juillet 2016

Une histoire d'hommes


Auteur : Zep
Editions : Rue de Sèvres
& France Loisirs



Après s'être séparés plusieurs années auparavant, une bande de copains et membres d'un groupe de rock se retrouvent chez l'un d'eux, Sandro. Certains ont réussi, d'autres moins. Au détour de flash-back sur les concerts, la drogue, les amours passagères, ils comprennent les événements mal perçus à l'époque et découvrent que quelque chose de plus fort que la musique unit certains d'entre eux.

Paru le 7 septembre 2013



mon avis

Une très chouette Bande dessinée qui m'a tout d'abord attirée par un graphisme réaliste et des planches atypiques : des vignettes juxtaposées sans se toucher et sans cadre précis, dans un fondu arrondi...

Ils étaient 4, quatre potes aux caractères bien distincts, ils se nommaient les Tricky Fingers, l'avenir était à eux...
Mais l'un deux, sous ecstasy, va ruiner toutes les chances du groupe et faire annuler le concert qui promettait de leur ouvrir toutes les portes....
Seul Sandro a pu poursuivre son chemin et devenir une star de rock, les trois autres étant retournés à une vie plus ordinaire, remisant leurs rêves de scènes et de gloire. 

Vingt après, Sandro décide d'inviter ses anciens amis dans sa demeure en Angleterre. Des retrouvailles à la fois dures et touchantes où les souvenirs rejaillissent, les rancunes se manifestent, les révélations sont là, percutantes mais nécessaires pour enfin porter un regard neuf sur ces événements lointains, comprendre, et se réconcilier avec le passé afin de pouvoir embrasser l'avenir... 
La confrontation sera surtout essentielle entre Sandro et  Yvan, resté bloqué sans pouvoir avancer tant dans sa vie privée que sa vie professionnelle.

J'ai adoré cette façon de dessiner extrêmement précise et ce parti-pris de planches monochromes dans les tons feutrés, couleurs sépia, bleu, lie de vin, mauve, beige qui donne une atmosphère douce amère et même mélancolique parfois. Les variations de couleurs suivent les variations de scènes : le moment présent, les flash-backs.
Une seule scène teintée d'un vert tendre pour évoquer la scène pivot du récit, celle où tout s'est joué ...

Un récit tout en émotions sur les occasions manquées, sur l'amitié, l'amour, sur les rancœurs et le pardon...
Des personnages forts, très justes psychologiquement.
C'est beau, c'est touchant, c'est profond....
Une histoires de potes, une belle histoire d'hommes !

ma notation : 4,5/5



lundi 18 juillet 2016

L'adoption



Scénariste : Zidrou
Dessinateur : Arno Monin
Editions : Grand Angle

L’amour ne se vole pas. L’amour ne s’achète pas. L’amour se mérite.

Lorsque Qinaya, une orpheline péruvienne de 4 ans, est adoptée par une famille française, c’est la vie de tous qui est chamboulée. Mais pour Gabriel, ce sera encore plus compliqué : il lui faudra apprendre à devenir grand-père, lui qui n’a jamais pris le temps d’être père. Des premiers contacts un rien distants aux moments partagés, Gabriel et Qinaya vont peu à peu nouer des liens que même le vieux bourru était loin d’imaginer.
Paru le 04 mai 2016



mon avis

Un très joli album tout en nuances et subtilités qui m'a touchée à la fois par ses magnifiques dessins et par son sujet qui me parle vraiment personnellement et m'a profondément troublée....

Quand un couple décide d'adopter un enfant, c'est sa propre décision, mais qu'en est-il de toute la famille autour ? Il faut accepter, intégrer cette décision et devenir à son tour un oncle, un cousin, un grand-père adoptant par la force des choses ....

Gabriel est un homme qui a passé sa vie à travailler pour subvenir aux besoins de sa famille, il n'a pas été très présent et n'a pas joué un rôle prépondérant auprès de ses enfants. Il coule désormais des jours tranquilles à la retraite, rythmés par quelques rendez-vous : des sorties sportives avec les gégés, ses potes de toujours, le bar le Sénégal où il a ses habitudes...

Lorsque Qinaya arrive dans le foyer de son fils, Gabriel reste distant, en retrait alors que toute la famille se resserre autour de la nouvelle venue. On sent une sorte de malaise chez lui, il a du mal à se sentir concerné et se laisse même aller à quelques propos désapprobateurs auprès de ses amis...
Mais très vite, son statut de retraité et le temps libre dont il jouit va l'amener à côtoyer la petite fille et même à s'en occuper..
Entre maladresse et bonne volonté, petit à petit, il va s'attacher à ce petit bout de femme craquant. C'est extrêmement touchant de voir ce vieux grincheux baisser les armes et fondre devant elle. Il y a des planches magnifiques où les mots ne sont pas nécessaires, les dessins totalement au service du récit expriment tout un panel de sentiments.... il y a des focus sur un regard qui en disent bien plus qu'un long discours...

Certainement une de mes planches préférées... ça se passe de tout commentaire : J'aime ♥♥♥



J'ai adoré voir ce vieux bonhomme réticent lier peu à peu des liens extrêmement profonds avec cette enfant, il y a parfois une tendresse tout en retenue qui m'a vraiment touchée, parfois une maladresse qui m'a fait sourire, parfois une situation qui m'a fait éclater de rire (Ah Gabriel à 4 pattes en train de souffler pour gonfler la piscine ! )... Parce que ce n'est pas seulement un album grave, c'est aussi un album tendre, un album drôle, un bel album à regarder, à feuilleter.....

La fin m'a totalement soufflée, je ne m'attendais vraiment pas à un tel événement... c'est puissant et ça soulève un tas de nouvelles questions... Quel suspens ! Vivement le tome 2.... j'espère qu'il ne tardera pas trop ...

Pour finir, je ne peux pas ne pas parler des dessins qui sont très beaux, toujours au service du récit et bien souvent vecteur d'émotions...
J'ai adoré le carnet graphique à la fin de l'album, un très joli carnet qui offre aux lecteurs quelques beaux portraits supplémentaires.




Un album qui mêle tendresse et gravité, il y est question d'adoption, de relations père/fils, d'amour, de non-dits, d'attachement, de rire et de douleur, un dessin ciselé qui magnifie le tout, une vraie réussite !

ma notation : 4,5/5


Six fourmis blanches


Auteur : Sandrine Collette
Editions : Le livre de Poche




Dans ces montagnes du nord de l’Albanie, le mal rôde toujours. Dressé sur un sommet aride et glacé, Matthias s’apprête pour la cérémonie du sacrifice. Très loin au-dessous de lui, le village entier retient son souffle. À des kilomètres de là, Lou et ses compagnons partent pour trois jours de trekking intense. Mais, égarés dans une effroyable tempête, terrifiés par la mort de l’un d’entre eux, ils vont devoir lutter pour survivre.
Paru le 27 janvier 2016





mon avis :

Il y avait un petit moment que je n'avais pas lu de thriller et j'ai replongé dans le genre avec beaucoup de plaisir d'autant plus que ce livre distille autant de suspens que de mystère...

Premières lignes :
"Le mal suinte de ce pays comme l'eau des murs de nos maisons tout le long de l'hiver. Enraciné en nous , telle une sangsue fossilisée sur une pierre."

J'ai tout de suite été accrochée par le style poétique, évocateur... L'atmosphère est donnée, une atmosphère pesante où le surnaturel vient se glisser...

Mathias est un sacrificateur dans la montagne albanaise où les croyances et les rites restent très prégnants. 
Il parle de son don, ce savoir ancestral transmis de génération en génération qui lui permet d'éradiquer le mal ou du moins de le tenir à distance. Il doit choisir une chèvre et surtout pas au hasard, et la sacrifier en la jetant du haut d'une falaise.... il est profondément investi de sa mission, c'est un homme solitaire, sauvage même.
Il y a quelques très belles pages sur ses sentiments, sur sa vie, sa croyance, sa solitude. C'est un personnage à la forte personnalité, fascinant, auquel je me suis facilement attachée.

Alternativement, on fait connaissance avec Lou, jeune femme en couple avec Elias. Ils viennent de gagner un trek dans les montagnes albanaises, une véritable aubaine, un trek qui s'annonce passionnant puisque les heureux vainqueurs vont ouvrir une nouvelle voie de randonnée, une expérience inédite qui les ravit .
Au nombre de six, deux couples et deux hommes célibataires, ils se rencontrent, se préparent à vivre une formidable randonnée sous l'égide de Vigan  leur guide, un homme charismatique et séduisant, véritable montagnard.

Les chapitres s’enchaînent, alternant l'histoire de Mathias et celle de Lou, deux voix pour deux histoires terrifiantes qui finiront par se rejoindre.

Mathias se voit imposer un jeune apprenti par une famille toute puissante du terroir, de celle avec qui on ne plaisante pas, de celle qui n'a pas peur de se salir les mains et faire couler le sang.
Malheureusement, les choses ne se passent pas comme prévues, tout dérape et Mathias doit fuir, juste avec quelques maigres possessions, traqué par des hommes sans pitié...

Quant au volet touristique, si les premières heures semblent un peu difficiles physiquement, peu à peu les choses se gâtent réellement pour les randonneurs, une tempête s'abat sur eux.... le trek idyllique se transforme en une terrible épreuve....
La montagne semble s'animer, elle devient personnage central, semble les tenir dans sa main et leur envoyer les éléments déchaînés les uns après les autres : neige, vent, froid (un froid raconté de façon si tangible qu'on en vient presque à frissonner en tournant les pages).... sans compter une espèce de présence qui les suit et chamboule toutes les croyances... La peur s'installe, enfle....la folie guette les esprits, les corps flanchent.... Certains d'entre eux ont rendez-vous avec leur destin...

Quand les deux histoires se télescopent, tout prend enfin sens. C'est extrêmement bien pensé ! Le récit s'accélère alors, le danger s'intensifie  Et si l'on comprend certains aspects de l'histoire, l'ésotérisme reste bien présent, tout parait se jouer sur un coup d'osselets et le destin semble se jouer de tous.
J'ai beaucoup beaucoup aimé la fin, une fin ouverte mais très intelligente qui reste dans l'esprit du livre. 

Une superbe plume, une tension croissante, la peinture ultra réaliste d'une nature hostile, un récit haletant et très intelligemment organisé, c'est une très belle découverte qui me donne envie de lire les autres titres de l'auteur....

ma notation : 4,25/5

lundi 11 juillet 2016

La Parisienne et le Highlander. Tome 1: La Salamandre et le Félin




Auteur : Jeanne Malysa
Editions : DreamCatcher


Suite au décès de son grand-père, Anaïs de Malincourt, jeune libraire parisienne, va se retrouver malgré elle, entraînée dans une aventure à laquelle elle ne s’attendait pas. 
Iain Mac Kelloch’, l’aîné d’une dynastie écossaise va se voir charger d’une enquête à laquelle son grand-père lui demande, au-delà de la mort, de se consacrer. 
Les concours de circonstances (mais en sont-ils vraiment ?) feront se rencontrer les deux jeunes gens qui n’auront pas d’autres choix que d’obéir à leurs aïeux et se lancer à la poursuite d’une mystérieuse pierre d’étoile que les Mac Kelloch’ appellent le Stur Rionnag.

Avec un zeste de légende, une part d’aventure, un soupçon de mystère, une pincée d’érotisme, Anaïs et Iain vont vivre avant tout l’histoire de leur destinée.
A paraître le 18 juillet 2016

Mon avis :


Quel livre foisonnant, et quelle folle imagination !
Dès les premières lignes le vrai talent de conteuse de Jeanne Malysa nous harponne ! Elle sait vraiment nous raconter une histoire, nous dresser des portraits, nous dépeindre un paysage... On plonge véritablement dans le récit sans voir défiler les pages ! 

Ce livre est avant tout une fantastique aventure de quête ésotérique. Anaïs et Iain, l'une à Paris et l'autre en Ecosse, se retrouvent dépositaires d'une véritable mission que leurs grands-pères leur ont léguée par delà la mort. Il est question d'énigmes, de boites cachées, d'objets mystérieux aux pouvoirs obscurs, de manuscrit, de runes, de visions, de rêves prémonitoires, de voyages dans le passé, d'apparitions d'entités mystérieuses, de météorite, de bactérie dangereuse .  C'est un véritable jeu de piste orchestré d'une main de maître qui les conduit de Paris à Édimbourg suivre des enveloppes aux messages sibyllins, c'est palpitant, captivant et on ne s'ennuie jamais ! Les péripéties sont nombreuses et toujours parfaitement amenées.
On y parle de Nostradamus, de société secrète, de pouvoir particulier et de magie.  C'est un véritable parcours initiatique vers un mystérieux but qui nous intrigue et nous fascine avec bien sûr des embûches, des individus malfaisants.... De ce point de vue c'est vraiment très réussi, la trame de l'histoire est prenante et suffisamment machiavélique pour qu'on soit littéralement scotché sur le livre.

Les personnages sont vraiment très attachants et hauts en couleurs.
Entre le lord arrogant issu d'une famille renommée et d'un domaine prestigieux et la petite française espiègle au caractère bien affirmé, propriétaire d'une petite librairie dans un quartier populaire, contre toute attente, l'alchimie est évidente, impérative même... Leur  romance est tumultueuse, Iain est très autoritaire, possessif et d'une jalousie maladive. La distance rend leurs relations difficiles, vecteur d'incompréhension et de quiproquos. S'installe très vite un jeu fait de provocations, de dérobades, de sous-entendus... Iain exige, tempête, ordonne.... Anaïs résiste, se rebelle et charme...
Mails, SMS, dialogues... tout est sous-tendu de tension sexuelle inassouvie. 
Mais cette tension sexuelle perdure même une fois la relation établie... C'est pour moi le bémol du roman. Le sexe prend toute la place entre eux, c'est continuellement explosif et toujours tourné vers l'assouvissement des corps. Ce n'est pas tant qu'il y en ait beaucoup qui m'a gênée, c'est plutôt que dès qu'ils sont ensembles, il n'y a que ça, ils sont constamment obnubilés par le sexe, se jettent l'un sur l'autre à tout bout de champs et du coup j'ai eu l'impression qu'il manquait une dimension à leur histoire, quelque chose de l'ordre de la communion des sentiments, de l'esprit..., qu'elle était avant tout sexuelle... Mais bien sûr ce n'est que mon ressenti...
Deuxième petit bémol, la distorsion entre le discours des Aspartiens qui prônent le libre arbitre et la dimension obligée de leur rencontre, ils ne semblent pas avoir le choix et n'être que les pions du destin...
Mais tout cela n'a pas entaché mon plaisir de lecture ! 

 Les personnages secondaires sont tout aussi denses et intéressants, à commencer par Marcel et Benjamin, (les rencontres entre le Lord Écossais et Marcel l'anarchiste sont particulièrement savoureuse et pleines d'humour, j'en ris encore ! 

— Ça alors ! Quelle surprise ! Sa Majesté a daigné quitter ses terres pour se rendre en République, nargue-t-il en toisant Iain du haut de son bar.
Quant aux frères de Iain, j'ai été totalement sous le charme de Clyde, le musicien de génie et le petit dernier est un informaticien prometteur. (J'adorerais lire leurs histoires à tous les deux)
Il y a une foule d'autres personnages mais je ne peux pas les passer tous en revue, mon avis ferait des kilomètres... James, Lukas, Fiona, etc...etc....

Mais le livre de Jeanne Malysa n'est pas seulement cette formidable chasse aux trésor et cette tempétueuse romance, il y a tellement plus encore dans les pages de ce roman.
- Il y a des paysages, des descriptions vivantes, des atmosphères tellement réalistes : Thuata, ce domaine extraordinaire habité par les Aspardiens (tradition écossaise oblige !), qui comprend une bibliothèque de rêve, des jardins, des serres, un lac, c'est un personnage à part entière qui s'impose et vous charme.... ; le bar de Marcel , populaire et bon enfant qui transpire l'amitié...
- Il y a une plume et un vrai sens des formules : 
Anaïs sort de son armoire à « vanités » un jean noir
bien le très touchant
Je t’aime comme… enfin, tu sais comment.
- Il y a des légendes qui m'ont ramenée vers une enfance où je buvais bouche bée des histoires incroyables... 
- Il y a des thèmes qui me touchent particulièrement : la filiation entre générations, le devoir de transmettre et prolonger...
- Il y a aussi les références historiques constantes (la  bataille de Flodden Field par exemple ou bien tout un travail sur les armoiries ), un vrai travail de recherche avec des notes explicatives, des dates, des descriptions architecturales. La petite histoire se trouve enchevêtrée dans la grande et c'est fait vraiment avec brio ! 
J'ai découvert à travers ce roman que l'Auld Alliance entre l'Ecosse et le France a réellement existé, j'ai été fascinée par ce pan d'Histoire dont je n'avais jamais entendu parler. J'ai farfouillé sur le net pour en savoir plus et c'est tout bonnement passionnant ! Merci pour ça !
- Il y a aussi des références culturelles à la fois littéraires (L'androgyne de Platon, Les Contes - pas les fables! - de La Fontaine.....),  musicales (Grieg et son concerto pour piano en la mineur, La flûte enchantée de Mozart....),  cinématographiques (My fair Lady, Méliès....) , des détails sur les mobiliers, sur les vêtements, sur la cuisine....

Ce livre est à la fois un formidable récit d'aventure populaire mêlé à une foison de détails précis, de références culturelles et ce mélange très savamment dosé en fait toute sa singularité et sa richesse... C'est un livre qui donne à rêver, à palpiter, à sentir, à voir, à entendre, à apprendre ....

Un immense bravo pour ce vraiment très réussi premier roman  !

Merci aux Editions DreamCatcher pour ce Service Presse et à Jeanne Malysa pour sa confiance ... ♥

ma notation : 4,5/5


dimanche 10 juillet 2016

Mes lectures du mois de juin 2016



Un tout tout petit mois niveau lecture, je crois bien qu'il y a des années que je n'avais pas aussi peu lu.... mais j'ai été très occupée par ailleurs ....
mais petit mois ne veut pas dire mauvais mois, j'ai dans l'ensemble beaucoup aimé mes lectures !

Ce mois-ci à noter :

un joli premier livre des éditions DreamCatcher, celui de Sandra Léo,

la découverte de la plume de Sandrine Collette avec un thriller terriblement efficace ( j'ai d'ailleurs acheté ses autres livres à la suite de cette lecture!)

un nouvelle confirmation pour les livres de Lily Haime, Amy Harmon et Kristan Higgins : je peux les acheter les yeux fermés, je ne prends aucun risque, j'aime infiniment à chaque fois ♥♥♥♥♥





Avant toi de Jojo Moye 3,8/5
Six fourmis blanches de Sandrine Collette 4,25/5
Wild Heart de Lily Haime 4,5/5
Repartis pour un tour de Kristan Higgins 4/5
La loi du cœur de Amy Harmon 4,5/5