lundi 26 juin 2017

Mes derniers avis


Cliquer sur la couverture pour atteindre la fiche du livre




Gay Amish romance - tome 1 : Rumspringa interdit


Auteur : Keira Andrews
Editions : KA Books



Quand deux jeunes hommes Amish trouvent l'amour, vont-ils risquer de tout perdre ? Dans un monde où le moindre détail - jusqu'à la largeur du bord d'un chapeau - est dicté par Dieu, et toutes les puissantes règles de la communauté, deux hommes osent imaginer une autre voie. À dix-huit ans, Isaac Byler connait peu de choses en dehors de la communauté stricte de Zebulon, au Minnesota, où il n'y a aucun rusmpringa pour aller explorer au delà des frontières de leur monde isolé. Isaac sait qu'il va devoir officiellement rejoindre l'église et prendre femme bientôt, mais il aspire à autre chose - quelque chose qu'il ne peut pas nommer. Une sombre tragédie a laissé le charpentier David Lantz seul pour aider sa mère et ses sœurs, et il ne peut reporter son adhésion à l'église plus longtemps. Mais quand il prend Isaac comme apprenti, leur attirance grandit parmi la sueur et la sciure de bois. David partage ses secrets coupables, et Isaac et lui luttent pour réconcilier leurs désirs scandaleux avec leurs engagements pour la religion, la famille et la communauté. Maintenant qu'ils se sont trouvés, sont-ils prêts à tout perdre ?
Paru le 10 décembre 2015

Mon avis :
Autant l'annoncer de suite, j'ai vraiment beaucoup aimé ce récit dépaysant mettant en scène deux personnages particulièrement attachants !

Avec cette histoire là, on plonge au cœur  d'un monde bien particulier que je ne connaissais pour ainsi dire pas du tout. Déjà, pour moi les Amish suivaient tous les mêmes règles et j'ai découvert avec stupeur qu'il n'en était rien, que les règles pouvaient varier d'une communauté à l'autre.

A Zebulon dans le Minnesota, la communauté est particulièrement isolée, rigide et dure, crée depuis peu, les jeunes qui avaient connu jusqu'alors quelques ouvertures vers le monde se voient refuser dorénavant tout contact avec l'extérieur... le rumspringa qui permet aux jeunes amish d'aller voir l'extérieur pour choisir en toute connaissance de cause de rester dans la religion est désormais interdit...
Quel monde singulier où le temps semble s'être arrêté, on y vit à l'ancienne sans aucune modernité et aucun des conforts qu'a apportés le progrès.... pas d'électricité, de voiture, d'eau chaude, pas de lecture autre que le journal amish ou la bible, pas d'études secondaires.... la liste de tout ce qui est absent serait longue à établir....Les femmes et les hommes suivent des rôles bien précis, s'habillent selon des codes ultra définis...jusqu'à mesurer les centimètres exacts d'un tour de chapeau...

Isaac Byler a 18 ans et vit au sein d'une grande famille croyante et rigide.... peu de marques d'affection et surtout un drame qui a marqué la famille, Aaron le plus grand frère qui s'est enfui pour aller vivre dans l'autre monde, le grand frère désormais banni dont on ne prononce plus le nom, dont on nie jusqu'à l'existence même.... Cette blessure est profonde chez Isaac et il tente de vivre le mieux possible en suivant les dogmes de sa communauté. Mais lorsque le temps arrive de courtiser une jeune fille comme le veut la tradition, il sent un véritable malaise l'envahir... La jeune Marie Lanz ne demande que ça, mais Isaac, à son grand dam, est plutôt attiré par le frère de celle-ci, David, un jeune charpentier qui doit devenir son patron ...

Peu à peu, la promiscuité des journées de travail les rapproche :des regards, des gestes puis des baisers et plus encore... ces deux là cèdent à l’attirance qui les obsède et deviennent amants, la peur d'être découverts chevillée au corps et la culpabilité écrasante...
Il est difficile de se sentir différent dans un monde aussi codifié et strict, comment se défaire de tout ce qu'on nous a inculqué depuis l'enfance et s'écarter des modèles ultra conformistes qui régissent la vie de tous...

J'ai beaucoup beaucoup aimé voir l'émergence des questions sur le sens de ces règles si strictes chez ces jeunes gens, sur la cohérence, sur la liberté, les voir s'écarteler entre une passion irrépressible et des valeurs profondément ancrées chez eux... c'est un bras de fer entre croyances et émotions !
Le danger d'être découvert est quotidien, la conscience cruelle d'être le mal personnifié, d'être un péché... la tension est grande parce qu'il ne semble n'y avoir aucun avenir pour eux.... la honte accablante devant leurs parents et amis...et pourtant le sentiment d'être enfin soi-même..

Un quotidien qui s'égrène entre vie de famille, accidents, prières, moments volés, drames et choix cruciaux.... et quelques ouvertures que David sait organiser pour s'échapper un peu de cette vie austère.

Quelques jolis personnages les entourent, Ephraïm le jeune frère rebelle très attachant, Anna la petite sœur à l’œil acéré qui ne garde jamais sa langue dans la poche... June la voisine bienveillante, Mervin l'ami de toujours...

Une vraie belle histoire qui s'ancre dans une culture très rigoriste, qui exploite parfaitement cet univers particulier et se double d'une réflexion sur la transmission, la liberté, la conscience, la jeunesse, la sexualité, la religion ....

Un bémol toutefois : une traduction très maladroite par moment, des termes parfois peu appropriés, des tournures de phrases quelques fois incorrectes... C'est bien dommage pour une histoire de cette qualité ! Mais si cela m'a fait pester au détour des pages, rien n'a pu vraiment gâcher mon plaisir de lecture.

Ma notation : 4/5

dimanche 25 juin 2017

Perdue et retrouvée



Auteur : Cat Clarke
Editions : Robert Laffont



Essayez d'imaginer: 
Une enfant kidnappée. Une famille déchirée.
Lentement, au fil des ans, cette famille va recoller les morceaux.
Elle reste un peu fragile, bien sûr, mais toujours unie.
Et voilà que l'enfant, devenue adulte, revient à la maison...
C'est là que l'histoire commence. Et si la fin du cauchemar n"était que le début d'un autre ? 
Le nouveau roman bouleversant de Cat Clarke
Paru le 23 avril 2015



Mon avis :

L'histoire terrible  d'une famille frappée par un drame indicible....
Quoi de pire que de perdre un enfant et de ne pas savoir ce qu'il est devenu ?

Faith raconte sa famille dévastée qui n'a pas résisté à l'onde de choc provoquée par cette disparition... les parents séparés, une mère inconsolable dont la vie s'est arrêtée.... le poids des journalistes, des médias... et la reconstruction chancelante de chacun.

Et brutalement Laurel réapparaît dans leur vie, une Laurel qu'ils doivent réapprendre à connaître, qui rassemble à nouveau toute la famille autour d'elle, mais aussi ramène une fois de plus une marée de journalistes, chaines de télé etc.....
C'est à la fois un miracle, un grand bonheur et un bouleversement qu'il faut gérer au mieux. Les sentiments de Faith se bousculent, sa vie se réorganise....

Mais peu à peu, un trouble s'insinue entre elle et cette sœur fantasmée si longtemps, à la fois si familière et si différente, des petits riens anodins qui s'accumulent, une tension qui s'installe. C'est un véritable thriller psychologique dans lequel le lecteur perçoit parfaitement les émotions contradictoires de Faith, où l'attitude ambivalente de Laurel pose un tas de questions qui ne trouveront réponses qu'en fin de roman, une fin pour ma part totalement inattendue et déroutante...un peu irréaliste aussi !

Quelques personnages secondaires gravitent autour de cette famille et je donne une mention particulière pour le formidable Michel, pertinent, empathique, intelligent ...

Une lecture facile, rapide, agréable mais à laquelle il manque un peu de profondeur. J'aurais aimé plus de complexité. Les questions intéressantes sont abordées et traitées de façon un peu superficielle,  c'est un roman qui s'adresse avant tout à des adolescents, il m'a manqué une dimension un peu plus mature pour être complètement emportée.

Ma notation : 3,5/5 

lundi 19 juin 2017

La balade électrique d'Emily Archer


Auteur : Jof Brigandet
Editions : Editions du Caïman


Selon les critères du FBI, Sam Scott est un tueur « unlisted », aux motivations multiples et aux modes opératoires imprévisibles. Alors que professionnellement tout va de mieux en mieux et qu'il vient d'obtenir une grosse somme d'argent, un homme et sa fille, les Archer, vont imprudemment lui souffler l'appartement qu'il convoitait. Sam décide de les tuer.
Emily Archer est gravement handicapée et clouée dans un fauteuil. Sam Scott, que révulse ce genre de personne, décide alors de faire durer le plaisir avec cette proie facile et sans défense.
Habituellement méticuleux et organisé, il va cependant être imprudent et à deux doigts de se faire tuer. Scott réalise que le gibier n'est peut-être pas celui qu'il pensait et que pour la première fois, il vient de s'engager dans un combat pour sa propre vie.
Paru le 8 décembre 2016

Mon avis :
Quelle jolie surprise que ce petit polar très court, lu le temps d'un battement de cil !
En général, je reste quasiment toujours frustrée en fin de lecture sur les textes de ce format là, mais celui-ci est particulièrement bien maîtrise et surtout totalement abouti !
Un petit bijou de polar subtil, intelligent et remarquablement bien construit ! 

Sam Scott, un tueur sans état d’âme, un type cynique pour qui faucher une vie est une activité courante, facile .... les gens qui l'agacent, qui se trouvent sur son chemin.....et dès les premières pages, le lecteur est le témoin de ses pensées les plus intimes, les plus perturbantes ....
Avec une rentrée d'argent inespérée, il décide d'acquérir l'appartement à côté du sien pour agrandir son espace de vie et commence à envisager les plans.... seulement tout tombe à l'eau lorsqu'il se rend compte que cet appartement libre depuis des années est subitement occupé juste au moment où il pouvait mettre la main dessus....

Le récit est brillamment construit, on sent la colère qui monte petit à petit en lui avec ce bruit singulier qui vient le narguer quasi quotidiennement, exacerbant ses ressentiments .... un huis clos avec ses voisins invisibles, une atmosphère qui se tend  à l'extrême.... un parfait scénario hitchcockien !

Et lorsque enfin il finit par rencontrer ces fauteurs de troubles qu'il va éliminer à coup sûr, il a la surprise de découvrir un père charmant et sa fille handicapée profonde sur son fauteuil roulant. Avec cynisme, il se délecte de la facilité avec laquelle il va se débarrasser de ces intrus.... Il va malmener sans aucune pitié ce "légume" qui est venu déranger tous ses plans, c'est cruel et terrifiant... puis c'est le coup de théâtre.... inattendu, génial !

Trois parties bien distinctes, pleines de surprises et surtout qui doucement va amener le personnage principal vers une évolution totalement inattendue.... bon sang que j'ai aimé ce contre-pied, c'est subtil, remarquablement amené, maîtrisé de bout en bout ! Il s'agit certes d'un polar, mais pas que.... c'est bien plus dense que ça...

A tout cela s'ajoutent une narration infaillible avec des petits aller retours astucieux entre passé et présent, des personnages secondaires insolites et attachants comme John le pote routier travesti , ou le père d'Emily plein de délicatesse et de savoir vivre... .... du suspens et des retournements de situation qui changent les perspectives, tout est parfaitement dosé!

Une formidable lecture, un polar brillant, abouti, surprenant, j'ai tout simplement adoré ! 

Ma notation : 4,8/5

Âmes captives - tome 1 : Les messagers



Auteur : G.H. David
Editions : Dreamcatcher



En 1870, Athénaïs, romancière et femme de lettres, vit près de Sedan avec son mari le député Adolphe de Pierrepont et son jeune fils Nicolas. Passionnée par le mouvement spirite dont le courant venu d'Angleterre agite les esprits, elle jure à l'homme qui partage sa vie un amour... éternel. De nos jours, Sacha Grasset, jeune antiquaire, vit dans l'est de la France avec sa mère et sa s?ur, exerçant en secret un pouvoir particulier. Une existence que sa rencontre avec Aurélien Lefèvre, député européen franco-belge, pourrait bien bouleverser à jamais. Deux destins féminins apparemment sans rapport, qu'une mystérieuse croix d'argent va lier. Inexorablement.
A paraître le 19 juin 2017


Mon avis :

Voilà une lecture bien singulière qui m'a frappée par son originalité.

Sacha est une jeune femme dotée de pouvoirs remarquables, elle est une messagère c'est à dire qu'elle peut communiquer avec les morts et ce par l'intermédiaire de bijoux. Vivant au sein d'une famille exclusivement féminine, elle ne mesure et ne maîtrise pas encore totalement ses pouvoirs. Sa sœur, sa mère et sa tante sont elles aussi des messagères mais chacune avec ses singularités.... Il y a tout un univers complexe que j'ai beaucoup aimé autour de ces dons si insolites, une sorte de mythologie pleine de surprises, de dangers et d'attrait.

Sacha tisse des liens très particuliers avec une certaine Athénaïs lors de ses "voyages" dans le temps. J'ai particulièrement aimé les passages où elle se retrouve "auprès" de cette femme forte et passionnée, féministe et infiniment amoureuse de son mari le politicien Adolphe de Pierrepont... Celle-ci va la hanter jusque dans son présent... cette relation si étrange va petit à petit prendre une grande importance  et générer foison de questions à la fois pour Sacha et pour le lecteur.

Lors d'une vente aux enchères, Sacha rencontre l'énigmatique Aurélien au charme dévastateur qui la trouble profondément... C'est un personnage fait d'ombre et de lumière, sibyllin, déroutant...  Cette rencontre va déboucher sur des révélations étonnantes...
Peu à peu, Sacha découvre l'étendue de ses pouvoirs, ceux de cette tante Julie qu'on peine à déchiffrer, des secrets de famille explosifs... Toutes ces révélations vont bouleverser son existence !

J'ai été prise par cette histoire pleine de charme subtil et de suspense où les surprises se succèdent, distillant un intérêt sans cesse renouvelé et servie par une plume sensible, très travaillée.

J'aurais, pour ma part, aimé un peu plus de retours vers Athénaïs, parce que j'ai particulièrement aimé ces passages là. J'ai une envie folle de comprendre tout ce qui s'est passé dans la vie mouvementée de cette dernière, comprendre le but du lien si particulier qui s'est établi en traversant les époques entre ces deux femmes....on arrive à la fin de ce tome avec une foule de questions non résolues et une curiosité exacerbée !

Vivement le tome 2 !

Un grand merci aux éditions Dreamcatcher pour ce service presse qui fut une belle découverte 

Ma notation : 4/5

jeudi 15 juin 2017

L'oiseau du bon dieu



Auteur : James McBride
Editions : Gallmeister



En 1856, Henry Shackleford, douze ans, traîne avec insouciance sa condition de jeune esclave noir lorsque le légendaire abolitionniste John Brown débarque en ville avec sa bande de renégats. Henry se retrouve libéré malgré lui et embarqué à la suite de ce chef illuminé qui le prend pour une fille. Affublé d’une robe et d’un bonnet, le jeune garçon sera brinquebalé des forêts où campent les révoltés aux salons des philanthropes en passant par les bordels de l’Ouest, traversant quelques- unes des heures les plus marquantes du XIXe siècle américain. 
Cette épopée romanesque inventive et désopilante a été récompensée par le prestigieux National Book Award, le plus prestigieux des prix littéraires américains.
Paru le 20 août 2015 et le 4 mai 2017 en version poche

Mon avis :
Quelle découverte ! Quel fabuleux moment de lecture ! J'ai adoré chaque page de ce bouquin....
Je ne l'ai pas lu d'une traite parce que c'est tout de même un pavé mais quasiment...

C'est une histoire racontée par Henri Shackleford , dit Henrietta, dit la petite échalote, jeune esclave noir, sa propre histoire qui débute le jour où il va croiser la route de l'emblématique John Brown. Cette rencontre déterminante va changer totalement le cours de sa vie.

Libéré sans le vouloir, il se retrouve, déguisé en fille, à la traîne d'une armée dépenaillée menée par un vieux fou, la tête pleine d'utopie. Je n'avais jamais entendu parler de ce John Brown et le portrait qui en est fait est saisissant... personnage charismatique, totalement halluciné, empreint tantôt de grandeur, tantôt de ridicule, qui cite sa propre interprétation de la Bible à tout va et trucide tous ceux qui se mettent sur son chemin sans état d'âme. A la fois protecteur, aimant, loyal mais aussi outrancier, violent, obsédé par son objectif, c'est un homme complexe et fascinant.

Toute cette troupe va sillonner un pays désorganisé où la mort rode, où les tensions se cristallisent entre esclavagistes et abolitionnistes.
Page après page se déroule tout un pan d'histoire décryptée par les yeux sarcastiques d'un jeune noir futé. C'est un roman historique, d'aventure, plein d'action, de fureur, de sang, de folie et d'abnégation, mais c'est aussi d'un humour décapant (Le passage de l'échalote qui va donner son surnom au jeune héros est un must !) et parfois d'une vraie irrévérence !

On rit, on tremble, on est captivé par ces péripéties hors normes et on s'attache à la galerie de personnages tous plus troublants les uns que les autres : Fred le fils simple d'esprit, Owen très pragmatique, Bob, Pie, Sibonia,   etc....les lâches comme les héroïques.... tous sont marquants.

Mais la force du récit c'est avant tout la narration brillante, c'est vivant, piquant, drôle, saisissant. Que j'ai aimé ce style ciselé, à la fois si familier et tellement travaillé, avec sa foison d'expressions colorées, imagées, un style que j'ai savouré tout du long comme une véritable friandise rare et subtile.

Et que dire de la fin si ce n'est que la dernière page, superbe, vient tout magnifier, vient grandir le dérisoire et délivrer un message profond et poétique. Du grand art !

Un récit vivant, des personnages saisissants, un style particulièrement savoureux, un roman parfaitement maîtrisé qui m'a emportée dès les premières pages et m'a chamboulée sur la fin. Une lecture mémorable !

Un grand merci aux éditions Gallmeister et à Babelio pour cette formidable découverte !

Ma notation : 4,9/5


vendredi 9 juin 2017

Iroquois



Auteur : Patrick Prugne
Editions : Daniel Maghen



En 1608, Québec n'est qu'un nom griffonné sur une vague carte d 'Amérique du Nord, une grande bâtisse fortifiée construite sur les rives du Saint Laurent où une quarantaine d'âmes s'apprêtent à passer leur premier hiver. La France d'Henri IV se soucie peu de ces arpents de neiges habités par une poignée de sauvages. Plus préoccupée par les richesses que lui procurent la pêche à la baleine et la traite des fourrures, elle n'envisage nullement l'installation d'une colonie. Samuel de Champlain, fondateur de Québec, n'aura alors de cesse de défendre "son" Canada. Il saura imposer un climat de paix et de confiance entre nations amérindiennes (Hurons, Alguonquins, Montagnais) et Français. De ces relations naîtra un commerce florissant. Peaux de castors et de loutres s'échangent à bas prix contre marmites, haches, clou et autres divers objets en fer. Ce juteux commerce ne dure qu'un temps… Les raids meurtriers incessants que mènent les Iroquois dans la vallée du Saint Laurent contre les convois de pelleterie hurons ou algonquins exaspèrent très vite la petite communauté française. Soucieux de consolider l'alliance faite avec ses alliés amérindiens, Champlain prend le sentier de la guerre à leurs côtés et part pour l'Iroquoisie. C'est dans ce contexte que se situe l'histoire qui suit. Le long de la Rivière des Iroquois, sur le lac Champlain, un mois de juillet 1609 en Nouvelle France.
Paru le 25 août 2016

Mon avis :
Un superbe album qui raconte un épisode de l'histoire de Québec à ses débuts, épisode que je ne connaissais pas, et lorsque j'ai eu terminé ma lecture, l'envie d'en savoir un peu plus, de poursuivre un peu encore ce voyage à travers le temps m'a taraudée... .

1609, Samuel de Champlain, fondateur de Québec et "lieutenant du vice-roi de la Nouvelle-France," a établi un solide partenariat avec les tribus autochtones, les Hurons et les Alguonquins. Mais ces derniers sont en guerre ouverte contre les Iroquois et les pertes commerciales qui en découlent ne sont pas du goût des colons. Les Français vont donc se joindre à leurs alliés pour combattre ces terribles Agniers, prenant parti dans un conflit local qui aura pour conséquences des relations belliqueuses entre les colons et les Iroquois pendant une longue période .

Patrick Prugne s'empare de cet événement connu sous le nom de "Bataille du Lac Champlain", et nous raconte cette expédition qui s'enfonce au cœur d'un Canada sauvage en suivant le Saint-Laurent. Expédition guerrière mais pas seulement, c'est aussi une exploration de terres alors inconnues et Samuel de Champlain en profite pour prendre des repères et dessiner la carte de ce territoire.

Un scénario tout simple mais efficace servi par un dessin magnifique, des aquarelles dont chaque vignette recèle une foule de détails.
La nature est un des personnages principal de cet album, le dessinateur a peint des paysages grandioses : le fleuve, les forêts peuplées d'une faune diverses,une immensité qui entoure ce petit groupe silencieux.... l'expédition s'étire lentement dans une atmosphère "étouffée", feutrée, pagayant sur l'eau. On croit entendre le clapotis de l'eau qui résonne. Il n'y a pas d'action débridée mais l'on sent la tension omniprésente et les hommes sur le qui-vive tout le long des pages. Le danger est bien réel et certains perdront la vie.... et puis il y a ce lien touchant entre un frère et une sœur qui enrichit le récit comme un fil rouge en parallèle.

J'ai aimé chaque planche de cet album, pour ses superbes couleurs dont l'alternance de tons froids et chauds donne des lumières changeantes, pour ses atmosphères , le trait maîtrisé... c'est vraiment  un superbe travail d'illustrateur.
Pour finir, j'ai aussi été conquise par le contraste saisissant entre les cultures, les croyances indiennes sont évoquées (les corneilles, les sépultures...), et le carnet en fin d'album est un vrai plus qui témoigne de la recherche et du travail de l'auteur, un document plein de détails annotés passionnants .

Un magnifique album de bout en bout !

Ma notation : 4,6/5

mardi 6 juin 2017

Snjór

Auteur : Ragnar Jónasson
Editions : Editions de La Martinière



Siglufjördur, ville perdue au nord de l'Islande, où il neige sans discontinuer et où il ne se passe jamais rien. Ari Thór, qui vient de terminer l'école de police à Reykjavik, y est envoyé pour sa première affectation. Mais voilà qu'un vieil écrivain fait une chute mortelle dans un théâtre et que le corps d'une femme est retrouvé, à moitié nu, dans la neige. Pour résoudre l'enquête, Ari Thór devra démêler les mensonges et les secrets de cette petite communauté à l'apparence si tranquille.
Paru le 12 mai 2016





Mon avis :

Un polar efficace qui m'a surtout marquée par son atmosphère terriblement oppressante et par son personnage principal, jeune flic plein d'illusions et animé d'une grande envie de réussite.

Ari Thór, nouveau promu de l'école de police, attend avec impatience un poste pour pouvoir mettre en oeuvre ses compétences acquises. Il vit en couple avec Kristin, une jeune femme d'apparence froide qui ne sait pas extérioriser ses sentiments.
Lorsqu'on lui propose un poste à Siglufjördur, pour lui c'est une aubaine qu'il accepte sans même en référer à sa compagne... S'en suit une véritable crise au sein de son couple, l'incompréhension de Kristin dresse une distance entre eux. Elle n'est absolument pas prête à le suivre et c'est donc seul qu'il va venir s'installer dans cette petite ville nichée au fin fond de l'Islande...

Son couple bat de l'aile et il est tenaillé par une profonde solitude surtout que dans ce nouvel environnement, il est l'étranger au sein d'une petite communauté où tout le monde se connait et surtout où le temps s'étire à l'infini....
J'ai beaucoup aimé ce personnage dont on connait les états d'âme, les tâtonnements, les questions et les émotions...
Outre cette solitude qui lui colle à la peau, il est très vite envahi par un sentiment d'oppression du au manque de lumière, à cette neige qui tombe sans discontinuer et qui étouffe tout, à l'enfermement dans le fjord.... L'atmosphère est terriblement bien décrite, on le sent chercher son souffle tout au long des pages, c'est écrasant !

Un premier mort, une quasi agression et Ari s’attelle à la tâche, il va tirer sur un fil qui peu à peu va détricoter tous les faux semblants et révéler la face cachée des habitants ce village.
J'ai beaucoup aimé tous ces personnages aux allures de petites gens tranquilles et qui tous cachent un côté plus sombre. Il y a une jolie galerie de portraits : Anna Tomas.... etc...

Une enquête classique sans côté horrifique, bain de sang et démonstration de perversité... une enquête efficace qui m'a baladée jusqu'à la dernière partie où tout prend sens. Et j'ai trouvé la fin particulièrement réussie, bien loin du politiquement correct...mais très réaliste qui touche du doigt l'humanité des policiers.


Une atmosphère lourde, oppressante, un personnage dense, pertinent, loyal et pétri d'interrogations, une enquête efficace, tous les ingrédients sont réunis pour un premier tome très réussi,

Ma notation : 4/5

lundi 5 juin 2017

Marginal


Auteur : Marie Sexton
Editions : Mxm Bookmark


1986. Ce qui aurait dû être le meilleur été de la vie de Nate Bradford prend une tournure bien aigre lorsque ses parents décident soudainement de divorcer. Aujourd’hui, au lieu de passer sa dernière année de lycée dans sa ville natale, Austin, au Texas, il vit avec son père à Warren, dans le Wyoming. Population : 2 833 (et Nate trouvait cette estimation bien généreuse). Pas de piscine, pas d’équipe de tennis, pas de centre commercial – pas même MTV à la télé. L’école tout entière est plus petite que son ancienne classe, et dans une ville où les passe-temps préférés des ados sont le sexe et la drogue, Nate ne se sent pas à sa place.
Puis, il rencontre Cody Lawrence. Fauché, issu d’une famille brisée, et clairement du mauvais côté de la barrière. Le père de Nate dit que Cody n’apporte que des problèmes ; les autres gamins disent que c’est un vaurien. Mais Nate sait que Cody est un bon garçon qui n’a jamais été. En fait, il commence même à se demander si sentiments pour Cody ne vont pas au-delà d’une simple amitié.
Admettre qu’il pourrait être gay est déjà difficile, mais entre les préjugés d’une petite ville et la progression du SIDA qui faisait la une des journaux, il n’y avait pas de place pour deux jeunes hommes tombant amoureux l’un de l’autre dans un endroit comme Warren, Wyoming.
Paru le 8 mars 2017

Mon avis :

Deuxième livre de Marie Sexton que je lis et c'est une fois encore une lecture, à la fois romance et témoignage social qui m'a profondément  touchée.

Lorsque Nate arrive à Warren dans le Wyoming, c'est toute sa vie qui est bouleversée : divorce de ses parents, changement d'école, de copains, abandon de ses activités préférées...
Le premier qu'il rencontre est Cody dont il ne mesure pas de suite la grande misère sociale.  Entre ces deux là, pendant tout l'été, se noue une étrange amitié, faite de connivence mais pleine d'ombres et de non-dits. Progressivement Nate commence à mesurer le fossé entre leurs niveaux de vie, il découvre une réalité qu'il ne soupçonnait pas et va faire preuve d'élégance et de finesse.
Pourtant lorsque reprend l'école, Cody s'efface, au grand dam de Nate, laissant libre cours à toutes les rumeurs et les insultes à son égard. Il est pointé du doigt comme  voyou...

Nate découvre alors la vie dans une petite ville où tout le monde se connait, s'épie, où le temps semble s'arrêter, l'ennui plane, les clans s'opposent...L'atmosphère est étouffante.
Il cherchera à renouer avec un Cody fuyant, meurtri, sans aucune confiance en lui qu'il va devoir apprivoiser.
Peu à peu, ils se retrouvent,  l'amitié reprend ses droits et évolue vers des sentiments plus confus mais il est difficile de découvrir sa sexualité et de s'accepter face aux mentalités étriquées et au rejet des parents...
Pour compliquer le tout, la menace du SIDA plane, sans aucune information fiable sur laquelle s'appuyer, cristalise les peurs et laisse toutes les interprétations possibles...

Outre la très belle histoire d'amour entre ces deux adolescents, pleine d'émotion et de délicatesse, où les sentiments s'expriment pas à pas avec une jolie retenue,  j'ai adoré suivre les relations des deux garçons avec leurs parents. Marie Sexton sait tellement bien imposer les silences qui envahissent l'espace... Comment ne pas être bouleversé par la pudeur entre Cody et sa mère, par les émotion qui le dévastent lorsqu'il comprend ce qu'elle tait... Quelle femme étonnante, formidable ! Comment ne pas ressentir une empathie pour Nate lorsque les non-dits explosent entre son père et lui...  le ton est terriblement juste, tout est bien dosé.

Mais ce que j'aime par dessus tout chez Marie Sexton, c'est cette foi en l'homme que l'on sent dans ses récits, cet optimisme qui resurgit à chaque fois.
Alors oui, il y a des moments sombres, des moments durs avec les familles mais chez elle, l'amour et l'affection est un formidable vecteur d'ouverture d'esprit, une vague qui emporte les préjugés pourtant bien ancrés.... et le tout avec beaucoup de réalisme, une justesse de ton et une absence de pathos que j'aime tout particulièrement.

Une très belle histoire chargée d'émotion, de délicatesse, de pudeur et de passion, parfois touchante, parfois violente mais toujours servie par une plume juste et sensible.

Ma notation : 4,7/5


lundi 8 mai 2017

La faucheuse


Auteur : Neal Shusterman
Editions : Robert Laffont


Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.

" MidAmérique, milieu du 3e millénaire. Dans un monde où la maladie a été éradiquée, on ne peut plus guère mourir qu'en étant tué aléatoirement (" glané ") par un faucheur professionnel. Citra et Rowan sont deux adolescents qui ont été sélectionnés pour devenir apprentis-Faucheurs ; et, bien qu'ils aient cette vocation en horreur, ils vont devoir apprendre l'art de tuer et comprendre en quoi cette mission est bel et bien une nécessité.
Mais seul l'un des deux adolescents sera choisi comme apprenti à part entière, et lorsqu'il devient clair que la première tâche du vainqueur sera de glaner la vie du perdant, Citra et Rowan se retrouvent dressés l'un contre l'autre bien malgré eux... "
Paru le 16 février 2017

Mon avis :

Une couverture qui accroche l’œil, un résumé alléchant, il ne m'en a pas fallu plus pour que je veuille lire ce livre et je ne le regrette en rien, c'est une bonne surprise, un très bon cru de la littérature jeunesse.

J'ai vraiment beaucoup aimé tout l'univers créé par l'auteur, ce futur où le gouvernement a été remplacé par le Thunder omniscient,  où les maladies, la souffrance et la mort ont été vaincues, on a même trouvé un remède à la vieillesse...
Mais cette "immortalité" présente  des inconvénients... et en premier lieu la surpopulation, pour y remédier, des faucheurs sont nécessaires, une nouvelle catégorie d'hommes et de femmes, à la fois craints et respectés, dont le rôle est de glaner la vie des gens afin de garder un équilibre démographique sur terre.. Ils représentent une caste à part, seuls maîtres de leurs choix,  ne sont pas soumis aux lois et restent hors de portée du Thunder....

Lorsque Citra et Rowan, tous deux jeunes adolescents se retrouvent bien contre leur gré apprentis de Maître Faraday, un faucheur fascinant, ils vont découvrir l'envers du décor...
Peu à peu ils vont prendre conscience des difficultés qui découlent de cette charge : choisir sa victime, comment, quand, pourquoi, .... tout un tas de questions délicates qui sont extrêmement difficiles à résoudre sans un solide sens éthique.
Ce que découvrent ensuite les deux jeunes apprentis c'est que ce monde particulier qu'ils ne connaissaient que de loin, est scindé en deux : il y a ceux qui comme leur maître répondent à des principes éthiques, qui  et il y a les autres, tous ceux qui se sont affranchis de tous les codes moraux établis pour se repaître de la mort et en faire un plaisir, un moment de sadisme extrême .... il y a dénaturation de la charge....
Très vite, ces derniers vont attaquer Maître Faraday qui représente la vieille garde des valeurs originelles en édictant de nouvelles règles de jeu qui vont dresser irrémédiablement ses jeunes apprentis l'un contre l'autre...

L'apprentissage est éprouvant, il faut se préparer physiquement, moralement, connaître toutes les façons de prendre les vies.... J'ai beaucoup aimé toute cette facette de l'histoire, découvrir les préceptes du maître, sa profonde humanité et son indéfectible attachement à un travail bien fait.
Mais de nombreux rebondissements viennent entraver le cours des choses, des morts, des trahisons..., Citra et Rowan seront confrontés à des difficultés différentes, leurs parcours vont se scinder, le  suspens enfle page après page .... qui va réussir, qui va devenir faucheur puisqu'il n'y en aura qu'un... (bon en même temps le titre laisse présager très largement de l'issue...et le suspens est plutôt dans le déroulement du récit, les choix de chacun), comment vont-ils gérer toutes les épreuves qui les attendent....

J'ai eu une vraie préférence pour Rowan, un personnage attachant, plein d'émotions et de délicatesse, face à une Citra plus opportuniste.. Tous deux se rapprochent, se serrent les coudes mais ne peuvent envisager l'avenir sereinement... Il y a de la cruauté à s’apprécier et ne pouvoir être qu'adversaires et même plus...
D'autres faucheurs les entourent, aux caractères très distincts, chacun avec ses particularités, il y a un panel de personnages très bien dessinés, détestables, admirables et parfois plus complexes.

La fin est pleine de surprises, intelligente et présage d'une suite tout aussi passionnante.

Outre l'histoire captivante, j'ai trouvé très intéressant de voir des questions un peu plus profondes être abordées , certes pas de façon poussée, cela reste un livre jeunesse, mais elles sont présentes et rendent l'histoire plus dense., Lorsque la vie s'étend à l'infini devant soi, quid des désirs, des passions etc....comment vivre avec intensité sans être blasé.... une belle réflexion sur des sujets graves, la vie, la mort, l'éthique, l'empathie, la confiance.... les choix de vie... 
J'ai vraiment apprécié les petits extraits des journaux intimes qui parsèment le récit, des pensées diverses de faucheurs qui  éclairent parfois d'un jour nouveau des faits, des règles, des menaces... et nourrissent la réflexion.

Une très bonne surprise vraiment et une excellente lecture !
Vivement le tome 2 !

Ma notation : 4,5/5

vendredi 28 avril 2017

Bienvenue à Rattlesnake



Auteur : Kim Fielding
Editions : Mxm Bookmark


Vagabond depuis son adolescence, Jimmy Dorsett n’a ni foyer ni espoir. Ce qu’il possède par contre, c’est un sac, tout un tas d’anecdotes, et un vieux tacot. Mais par une froide nuit dans le désert, il prend un auto-stoppeur et en garde un nouveau souvenir : la lettre d’un mourant pour le fils qu’il n’a pas revu depuis des années.
Dans sa quête pour livrer la lettre, Jimmy se retrouve à Rattlesnake, une petite bourgade dans les contreforts de la Sierra californienne. La pièce maîtresse de la ville est l’Auberge Rattlesnake, où le barman est un beau cow-boy réformé du nom de Shane Little. Des étincelles fusent entre eux et quand la poubelle mobile de Jimmy rend l’âme, Shane lui offre une place d’homme à tout faire à l’auberge.
Mais le bonheur n’est pas éternel. L’appel de la route est toujours présent, et Shane, cet homme fort et fier au passé douloureux et au présent difficile, mérite bien mieux qu’un menteur incapable de rester au même endroit bien longtemps.
Paru le 18 novembre 2016


Mon avis :

Un très joli roman sur l'errance, les attaches, la solitude.. 

Le héros, Jimmy, est un SDF qui vit de petits boulots et qui passe son temps à voyager à travers le pays. Il n'a aucune attache, ne veut pas se laisser prendre ni par un lieu, ni par un être ... rien n'a de vraie importance ni de vrai poids pour lui puisque le lendemain il sera parti.... Une fuite en avant constante, un choix de vie assumé.
Lorsqu'au gré de ses pérégrinations il prend à bord de son auto délabrée le vieux Tom, sa vie va être bouleversée. Il va écouter cet homme, le comprendre et lorsque celui-ci va mourir dans sa voiture, il se trouve dépositaire d'une lettre qui va sceller son destin... Sa haute empathie et sa loyauté l'empêchent de se débarrasser de cette missive encombrante, il va vouloir aller au bout des choses et la porter lui-même à son destinataire.
Le voilà arrivé à Rattlesnake où il ne va que passer rapidement, mais il rencontre Shane et celui-ci fait preuve d'un accueil chaleureux, lui propose un havre de paix pour son escale, un boulot le temps que sa voiture soit retapée et plus encore....
Peu à peu, la probité, la politesse, le travail régulier et sérieux de Jimmy lui amènent l'estime de tous les habitants. C'est à la fois grisant et terrifiant pour lui mais "demain il sera loin" se dit-il pour se rassurer, se protéger tel un refrain lancinant qui rythme chaque page .... et le lendemain subvient une nouvelle raison de retarder le départ...

C'est un récit à la fois beau, simple, direct, touchant, sans aucun pathos exagéré même lorsqu'on apprend des secrets effarants enfouis au plus profond de l'enfance, secrets délivrés en deux mots, presque de façon anodine entre deux paragraphes... j'ai adoré cette pudeur et cette façon délicate de traiter sans surenchère tapageuse de sujets graves..
Shane est lui aussi un personnage attachant, un passé difficile lui a laissé un handicap avec lequel il réapprend à vivre normalement malgré les difficultés. Le thème est très joliment abordé, décrivant cette volonté farouche de rester un être entier, maître de ses émotions et ses décisions, entouré par une famille surprotectrice mais qui le laisse malgré tout s'épanouir et mener sa vie à sa guise.

C'est une jolie rencontre où les choses se font tout en douceur, au rythme d'une escale qui se prolonge subrepticement, où les liens et les sentiments se tissent inexorablement dans un respect de l'autre très touchant, amenant Jimmy a se faire violence et à surmonter ses peurs pour enfin affronter la vie et accepter ses émotions... Je me suis beaucoup attachée à lui, c'est un héros qui s'il est un peu cabossé, a réussi à préserver des vraies valeurs et des qualités magnifiques malgré sa vie éprouvante.

J'ai beaucoup apprécié l'âge des protagonistes, cela leur a donné une densité, une profondeur liée au vécu,  il y a une maturité dans les réactions, les propos, les décisions que j'ai beaucoup aimée.
Un style tout en délicatesse et une fin qui si elle était attendue est très joliment amenée, c'est une bien belle surprise que ce roman que j'ai savouré de bout en bout ! 

ma notation : 4,5/5

Les enfants de Peakwood


Auteur : Rod Marty
Editions : Scrinéo



Quels sont ces étranges maux qui affligent les habitants de Peakwood, petite ville du Montana, USA ? D'où viennent les blessures qui apparaissent sur le corps de certains de ses habitants ? Pourquoi d'autres commencent-ils à agir étrangement ? Seuls Chayton, le médecin de la ville, et son père, vieux chaman au savoir ancestral, savent reconnaître les signes. Le bouleversement qui approche. Quelque chose en lien avec un accident qui n'aurait jamais dû avoir lieu, dix ans plus tôt. Un secret dont ils ont juré de ne jamais reparler... Félicitations, la mort vous offre une seconde chance...
Paru le 8 octobre 2015




Mon avis :

Un début de roman très prometteur, j'ai tout de suite été happée par l'histoire où les croyances indiennes, les histoires de Chaman planent à chaque page.

Un accident de bus au cœur du Montana enneigé, un médecin appelé sur les lieux, un secret incroyable enfoui au fond des consciences.... 10 ans plus tard, des événements inexpliqués surviennent, des adolescents présentent des plaies mystérieuses, des habitants changent de comportement, le danger se répand....tous les ingrédients sont là pour une lecture captivante.
On se laisse prendre par le suspense et  peu à peu toutes les parties obscures sont dévoilées, il y a beaucoup de surprises, parfois un peu trop...

J'ai beaucoup aimé le personnage du médecin pris entre sa vie professionnelle et ses origines, toute sa difficulté à se positionner, ses hésitations à garder vivante la tradition, à prendre le relais d'un père fatigué et vieillissant ... Il porte en lui le secret de cette nuit terrible, de ce drame qui s'est joué et qui a emporté la vie de certains des enfants de la petite communauté ... Cette nuit là, quelque chose s'est joué, des décisions lourdes de conséquences ont été prises  mais une chape de plomb a été mise dessus et c'est petit à petit que le lecteur va découvrir la vérité... Toute la responsabilité repose sur les épaules de Chayton, il est le seul avec son père à pouvoir arrêter les forces obscures déchaînées...
Il y a de nombreux personnages que l'on suit, certains attachants, d'autres détestables, une ambiance particulière, pesante, le blizzard vient renforcer cette atmosphère 

Il y a des petites choses qui m'ont un peu gênée dans ce récit, tout d'abord je n'ai pas compris quel était le déclencheur des problèmes rencontrés par les adolescents de Peakwood, il n'y a rien qui explique vraiment pourquoi cela arrive à ce moment là et pas plus tôt (la source étant la même depuis le début)... mais malgré ce petit bémol, je me suis laissée porter par la narration, c'est prenant, horrifique, on soupçonne parfois des faits sans vraiment tout comprendre jusqu'à la révélation finale que je n'avais pas vue venir et qui surprend..
 Il y a foison de morts, d'horreur et mon deuxième bémol portera sur l'explication officielle concoctée pour expliquer tous les faits survenus... une explication plus que légère qui ne peut sérieusement convaincre personne !
La fin me laisse un petit goût d'inachevé mais j'ai trouvé ma lecture intéressante malgré tout, suffisamment pour avoir tourné les pages jusqu'au bout avec plaisir, prise par l'envie de savoir, de comprendre. Il m'a cependant manqué un petit quelque chose pour être complètement séduite...

ma notation : 3,5/5

jeudi 27 avril 2017

Un cœur sombre


Auteur : R.J. Ellory
Editions : Sonatine


Sous sa façade respectable, Vincent Madigan, mauvais mari et mauvais père, est un homme que ses démons ont entraîné dans une spirale infernale. Aujourd'hui, il a touché le fond, et la grosse somme d'argent qu'il doit à Sandià, le roi de la pègre d'East Harlem, risque de compromettre toute son existence, voire de lui coûter la vie. Il n'a plus le choix, il doit cette fois franchir la ligne jaune pour pouvoir prendre un nouveau départ. Il décide donc de braquer 400 000 dollars dans une des planques de Sandià. Mais les choses tournent mal : il doit se débarrasser de ses complices, et une petite fille est blessée lors d'échanges de tirs. Rongé par l'angoisse et la culpabilité, Madigan va s'engager sur la dernière voie qu'il lui reste : celle d'une impossible rédemption. 

Jamais l'expression d' anti-héros n'aura été aussi pertinente. Avec ce portrait passionnant et sans concession, R. J. Ellory creuse au plus profond de la conscience d'un homme au cœur sombre, pour tenter d'en faire resurgir toute l'humanité enfouie. Le bien et le mal, l'innocence et la culpabilité sont en effet si intimement mêlés en Vincent Madigan qu'il lui est devenu presque impossible de les distinguer. D'une écriture si puissante qu'on la ressent physiquement, ce long blues, aussi déchirant qu'une chanson de Tom Waits, aussi maîtrisé qu'un film de James Grey, réserve à son lecteur de tels rebondissements qu'il serait criminel d'en dévoiler plus ici.
Paru le 1 octobre 2016

Mon avis :

Un beau coup de cœur que ce livre qui m'a amenée jusqu'au bout de la nuit littéralement et métaphoriquement......
Un livre puissant sur l'introspection d'un homme, sur son envie de remettre en ordre une vie déguenillée, sur ses doutes, ses culpabilités... un homme plein de noirceur qui traîne avec lui des actes violents, des compromissions inacceptables mais sous lesquels palpite contre toute attente, un cœur, un cœur sombre certes, mais un cœur qui parvient à émouvoir et même gagner le lecteur..... une belle gageure réussie de main de maître.... éblouissant!

Vincent Madigan est un homme qui trempe dans des affaires sordides depuis longtemps, endetté jusqu'au cou, il tente le tout pour le tout pour se sortir de ce très mauvais pas et organise un braquage particulièrement dangereux. Tout est calculé au cordeau, rien n'est laissé au hasard  mais ce jour-là, une enfant innocente est victime des tirs de son équipe et ce fait qui pourrait sembler anodin au regard de son palmarès pour le moins fourni, prend une dimension particulière..... Cet imprévu va le tourmenter sans répit, réveillant une consciente enfouie depuis longtemps, projetant une lumière particulière sur ses propres enfants et les relations qu'il entretient avec eux, sur la perspective de toute une vie de violences et de gâchis... Il va entreprendre une véritable introspection et décider de se racheter.

Dès lors, on le regarde se débattre contre une immense toile dans laquelle il s'est englué lui-même petit à petit. On le voit dénouer fil après fil toutes les difficultés qui se présentent, calculer, manigancer, tirer les fils pour manipuler tous ceux qui l'entourent et déjouer chaque danger l'un après l'autre... une véritable partie d'échecs qui se joue page après page.
Le scénario est machiavélique, vibrant d'intelligence et de suspense, jusqu'à une fin percutante à laquelle on arrive le souffle court... une fin qui ne pouvait être autrement.

Quelques personnages denses entourent le héros, Bernie Tomczak le truand étonnamment loyal, Sandià dangereux et retors,  Duncan Walsh le flic intègre qui se brûle les ailes, des femmes qui passent, silhouettes éphémères dans une vie chaotique...

Et puis il y a cette solitude âpre qui colle aux êtres, cette solitude toujours présente dans les livres de R.J. Ellory, cette solitude qui me touche à chaque fois.... ses personnages, aussi sombres soient-ils ont toujours une part d'humanité, et Madigan a réussi à m'émouvoir.... les chapitres à la première personne m'ont embarquée dans ses doutes, ses souvenirs, ses regrets, ses remords.... c'est un homme acculé qui porte un regard sans concession sur lui-même et qu'on ne peut s'empêcher d'accompagner avec une certaine empathie entachée d'effroi ...

Un livre fort, percutant, passionnant, plein de surprises et de rebondissements, des personnages denses, violents, attachants et terriblement humains.... un scénario diabolique, totalement maîtrisé qui nous balade de bout en bout....  un superbe livre, vecteur d'émotions, à la fois d'un pessimisme vertigineux et d'un optimisme vivace... Une vraie réussite !

ma notation : 4,9/5





mardi 18 avril 2017

Les supplices de la passion



Auteur : Marc Gouraud
Editions : Editions Edilivre


Julie Fronsac vient de réaliser son rêve : intégrer l’équipe du Commandant Philippe Dumas au sein de la brigade criminelle de Toulouse. Philippe Dumas est plus qu’un simple flic, presque une légende. Spécialisé dans la traque des pires criminels et la résolution des affaires les plus sordides, le Commandant Dumas a pour lui un palmarès forçant le respect. Mais Julie va devoir composer avec les multiples facettes de son énigmatique chef.
Flic aux méthodes plus que douteuses, amant au pouvoir de séduction fascinant et homme brisé par son passé : Julie découvrira son idole sous un tout autre jour.
Quand un terrible prédateur s’abat sur la ville rose, les heures sont comptées pour faire cesser les abominations du fou sanguinaire. Des heures qui vont plonger Julie dans l’horreur et la mener vers une vérité qu’elle n’aurait jamais pu imaginer !
Paru le 11 décembre 2014

Mon avis :

Une très jolie surprise que ce livre là....
J'ai tout d'abord été accrochée par cette couverture magnifique, puis les avis sur la toile ainsi que le résumé ont fini de me convaincre de lire ce roman et je ne le regrette pas...


Un style très agréable et des lieux familiers, dès les premières lignes je me suis laissée emporter... et je dois dire que ce premier chapitre est particulièrement troublant..... le suspense est là immédiatement, saisissant.... on comprend que les choses vont mal se passer.... 

Parallèlement, on fait la connaissance de la jeune inspectrice Julie Fronsac qui rejoint les rangs de la brigade criminelle de Toulouse sous les ordres de Philippe Dumas, un illustre inspecteur qu'elle admire au plus haut point.
J'ai beaucoup aimé ces deux personnages, cette jeune femme que l'on apprend à connaître par les divers retours dans le passé, qui gagne en densité au fur et à mesure des pages, une jeune femme volontaire, indépendante, libre... et ce flic atypique, brillant, sûr de lui, un peu flambeur au caractère changeant, un personnage énigmatique et surprenant.
Entre ces deux là, c'est le chaud et le froid, la passion et la rupture mais il faut continuer de travailler ensemble, rester professionnel et surtout arriver à coincer ce tueur fou qui sévit dans la région....

Et mon dieu... quel tueur !....  le MacGyver des tueurs, quelle imagination incroyable! Il y a une telle recherche dans la torture et le sadisme..... c'est effroyable... aucun détail ne nous est épargné .... de véritables scènes de cauchemars... Les pauvres femmes qui tombent entre ses mains vivent un épouvantable calvaire!

Toute l'équipe de la brigade criminelle est sur les dents et travaille pour arrêter les massacres... chaque membre avec sa personnalité propre s'investit à fond mais les meurtres se succèdent. L'enquête s'avère longue et ardue, le tueur ne laissant aucun indice derrière lui.
Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce roman, c'est les différents points de vue qui se succèdent, plongée, contre-plongée, mise en abîme : on est dans l'enquête avec Julie, avec Philippe, puis on vit le calvaire de différentes victimes, on entre aussi dans la conscience du tueur.
Cette succession de perspectives rend le récit vivant, alerte et palpitant. Le suspense est toujours présent, la tension palpable et on tourne les pages le souffle court parfois, à l'affût du moindre indice, de l'élément qui éclairera toute l'histoire...

Et si je me suis doutée de l'identité du tueur au deux tiers du roman, cela n'a en rien amoindri mon intérêt de lecture, j'ai aimé suivre toutes les avancés de l'enquête, comprendre le pourquoi et le comment, voir évoluer chaque personnage dans son contexte familial, privé et professionnel, toucher du doigt leurs qualités, leurs défauts, les voir vivre, s'aimer, se détester, se blesser, se jalouser et surtout se battre pour clôturer cette affaire obsédante.

Le seul bémol pour moi est le côté extrêmement agaçant du regard continuel des hommes (et des femmes aussi d'ailleurs) sur Julie, elle est constamment jaugée sur son physique, sa tenue souvent plus que légère, son côté sexy... à la longue je me suis vue lever les yeux au ciel à chaque nouvelle allusion.... je trouve qu'elle est tellement plus que ça... mais ce n'est qu'un bémol qui n'a pas réussi à entacher mon plaisir de lecture. 

Une enquête captivante, des scènes saisissantes, un tueur tortionnaire, des personnages attachants, un récit rythmé et un final bien mené.... Un très bon moment de lecture !

Ma notation : 4,25/5

lundi 17 avril 2017

Entre les mondes - tome 2 : Les descendants



Auteur : Maëlle Andals
Editions : Dreamcatcher


Alors que la paix est sur le point de régner à Méenne, Adrian est obligé de retourner dans la famille qui l’a vu naître. Il sait ce qu’il doit à son pays d’adoption ; alors ce sacrifice ne lui semble pas si grand après tout. Quant à Néva, elle a survécu… S’il est heureux de la retrouver, il va devoir pourtant lui dire adieu, encore une fois.

Dans le monde de Néva, la mission des SDO semble terminée. Néva est bien décidée à s’expliquer avec Joshua sur leur relation. Elle veut son indépendance et refuse l’idée d’appartenir à qui que ce soit et encore moins à un vampire. Mais rien ne se passe comme prévu… Pourquoi refuse-t-il de sortir de sa vie ? L’affaire est-elle vraiment terminée ? Peut-elle vraiment arrêter de rencontrer Adrian comme il le lui a demandé ?
A paraître le 1 mai 2017


Mon avis :

En complète continuité avec le tome 1, j'ai tout de suite repris le fil des aventures de Neva et Adrian qu'on avait laissés tous les deux dans des situations difficiles...
Adrian a accepté un grand sacrifice pour que les deux peuples ennemis trouvent enfin la paix et tout ne va pas être simple pour lui... Je garde un très gros faible pour ce héros si droit et courageux.
Quant à Neva, si elle a finalement survécu à la terrible épreuve de fin du premier tome, elle va elle aussi vivre des heures douloureuses ... il lui faut faire des choix qui ne seront pas sans conséquences. Si j'ai eu au départ un peu de mal avec son caractère versatile, je l'ai trouvée beaucoup plus sympathique au fur et à mesure de ma lecture, plus assurée et gagnant en densité.    

Magie, combats, tortures, morts, passion, sensualité.... le rythme est soutenu, on ne s'ennuie pas un instant et les aller-retours entre ces deux mondes restent palpitants et pleins de péripéties. C'est parfois tendre (quelques beaux moments suspendus entre Adrien et Neva) , parfois (souvent) cruel, violent, j'ai beaucoup souffert avec lui, pour elle... mais c'est toujours passionnant et je n'ai absolument pas vu défiler les pages !

Un tome où l'impossible devient possible, où des révélations fracassantes sont déterminantes pour les deux héros et leurs mondes. J'ai beaucoup aimé ce retour sur le passé, toute la mythologie imaginée par l'auteur, les liens qui s'articulent et les répercussions qui s'en suivent. Il est primordial de garder fermer dorénavant ce passage qu'ils ont su ouvrir, de couper ce lien entre eux à la fois si fort et si ténu... Ce sera une gageure de plus dans leur quotidien si éprouvant ! 

Autour d'eux gravitent toujours un tas de personnages tantôt attachants, tantôt détestables (mais vraiment détestables !) , l'univers créé est riche et foisonnant, les surprises nombreuses. Mais au dessus de tout cela, il y a Joshua, un personnage particulièrement insaisissable que je trouve terriblement fascinant . Tantôt sombre et violent, tantôt tendre et amical, il reste une véritable énigme. On le sent véritablement dangereux mais je ne peux m'empêcher de vraiment l'aimer. Un personnage pivot pour moi qui n'a certainement pas fini de nous étonner...

Une lecture pleine de surprises, vivante, rythmée, des personnages de plus en plus attachants, des révélations importantes et encore plein de questions en suspens ..... Vivement le tome 3 !

Merci aux Editions DreamCatcher pour ce service presse.

Ma notation : 4/5

dimanche 16 avril 2017

Désolée.....je ne sors pas



Auteur : Mahira Delanney
Editions : Les Cerises


William est de ceux qui ne peuvent vivre enfermé. Il a besoin d’espace, d’air libre et d’exercices. Vélo, moto, surf, deltaplane… cet « adulescent » de trente ans, plus téméraire que courageux, ne connait ni règle ni limite. Et lorsqu’il a besoin de se ressourcer c’est au pied des plages et des falaises qui l’ont vu grandir, à Etretat, qu’il établit sa tanière. Au premier soir de son emménagement, le manque d’électricité le fait sonner chez sa voisine qui n’est pas très accueillante, c’est le moins que l’on puisse dire. Qui est donc cette femme qui ne parle qu’à travers sa porte close et n’apparaît qu’en ombre chinoise ? « Désolée…je ne sors pas » raconte l’histoire d’un homme libre comme l’air et d’une femme prisonnière de son esprit.
Paru le 29 mars 2017



Mon avis :

Une histoire qui s'articule en deux temps pour moi : une première partie que j'ai vraiment savourée avec grand plaisir et une seconde partie qui m'a complètement perdue....

Tout d'abord il y a une plume, vraiment.... c'est très joliment écrit et j'aime beaucoup lire les textes de Mahira Delanney. Il y a une vraie fluidité, une aisance dans les descriptions des sentiments, des personnages, des situations. C'est toujours un vrai plaisir de lecture !

Un début de roman que j'ai beaucoup beaucoup aimé : la rencontre entre deux êtres que tout sépare, j'ai été tout de suite interpellée par la particularité de l'héroïne, tous ses problèmes qui ont envahi son quotidien et bridé sa vie de façon drastique.
Le première rencontre avec ce voisin fantasque et si vivant est savoureuse et j'ai trouvé très original toute l'approche entre eux, cette façon de communiquer, cette curiosité première qui peu à peu se transforme en attachement sincère. Tous les jeux qui s'installent entre eux sont touchants : les regards dérobés, l'observation, les progrès pas à pas de Elsa qui se laisse apprivoiser. Il y a de bien jolis moments entre ces deux là... y compris ceux qui transitent par internet (une jolie trouvaille encore là)

Les deux héros sont très attachants : la jeune femme pleine de fragilité, délicate, enfermée dans ses peurs et son appartement, dans une solitude quasi totale, elle est touchante.... William, sûr de lui, entreprenant, un véritable feu follet plein de vitalité mais pas que.... il fait montre d'une grande sensibilité, d'une perspicacité redoutable et d'une empathie incroyable pour les autres, un bien joli personnage !
Ils sont entourés par des potes sympathiques et une famille aimante, surtout le père affectueux et le frère dévoué et protecteur.

Un vrai bonheur de lecture que cette première partie, mais hélas la seconde partie du roman n'a pas tenu toutes ses promesses à mon goût très personnel.... J'ai trouvé que les difficultés d'Elsa se résolvaient trop vite, et surtout que les personnages secondaires venaient parasiter l'histoire principale : les problèmes de Fabrice ou encore des deux fugueurs ne m'ont pas captivée.... il y a un peu trop de larmes, de questionnements, d'histoires parallèles qui viennent délayer l'intérêt.

J'aurais préféré continuer ce huis clos savoureux entre les deux héros avec un approfondissement de leurs relations, une avancée plus douce entre eux, par paliers successifs, j'aurais aimé rester centrée sur leurs sentiments...

C'est un ressenti tout personnel et je reste persuadée que d'autres lecteurs aimeront ce livre de bout en bout.
Et malgré cette fin de roman qui ne m'a pas emportée, je retiens une idée de départ originale, des personnages attachants et une très jolie narration.

Ma notation : 3/5


jeudi 6 avril 2017

Les trois petits champions


Auteur : Coralie Saudo
Editions : Balivernes Editions

Il était une fois trois petits cochons très doués et un vieux loup qui rêvait de voyager.
Qui aura la chance d'accompagner le loup ?

Les trois petits cochons ont gagné toutes sortes de médailles et de trophées car ils sont super doués en tout ! Mais ils sont aussi inséparables... Un jour, un vieux loup tout édenté, tout rabougri, vient à passer pour leur demander de l'aide. Il doit voyager et voudrait quelqu'un pour l'aider. Les trois petits champions veulent tous être celui qui partira.
Alors le loup doit les départager et comme au terme de son voyage, il aura besoin d'une maison, il leur demande de montrer leurs talents en construction. Mais ce n'est pas une grande réussite. Car leurs médailles, ils les ont gagnées ensemble, jamais chacun pour soi. Et il faudra convaincre le loup que tous les trois c'est bien mieux que tout seul... 
Un petit conte détourné où le loup est bien loin d'être méchant et a même besoin d'aide. Les maisons des trois petits cochons sont toutes aussi fragiles, même celle de brique, car quand on réalise quelque chose tout seul, c'est toujours moins drôle et moins solide qu'à plusieurs et surtout entre amis !
Paru le 14 mars 2015

Mon avis :

Un grand merci à Babelio et à Balivernes éditions pour la réception de cet album, un album plein d'humour et de jolies surprises...

Tout d'abord les illustrations que j'aime vraiment beaucoup, c'est rond, c'est coloré et surtout les dessins ressemblent à des morceaux de tissus assemblés comme un album patchwork. Même les petits cochons ont chacun leur propre imprimé. L'ensemble est vraiment très plaisant. En outre, il se cache des petits dessins au fil des pages, des silhouettes évidées de souris, oiseau escargot etc.... qui ajoute un charme supplémentaire et que mes élèves (sitôt reçu, sitôt exploité en classe...) se sont amusés à chercher avec beaucoup de plaisir.

Quant à l'histoire même, tout en ménageant des ponts et des clins d’œil parfois textuels à la version originale du conte, la réécriture est plutôt très réussie. On en retrouve les éléments essentiels, à savoir, les trois cochons, les trois maisons de paille, de bois et de briques, mais la grosse différence repose sur la personnalité du loup, un bon vieux loup inoffensif qui ne fait plus peur à personne et qui vient quémander un peu d'aide.
Unisson, désunion puis nouvel unisson, il y a trois temps dans l'histoire pour amener vers une jolie morale que les enfants comprennent vraiment.

A tout cela s'ajoutent des petites touches d'humour savoureuses destinées aux plus âgés ce qui donne à cet album une petite dimension supplémentaire. Il faut aller chercher dans les détails pour tomber sur des diplômes de victoire en tennis à Wimblechon, ou bien en vélo dans le fameux Tour de ferme .... J'adore !

Bref, un album très abouti tant dans le dessin et les détails que dans l'histoire que mes élèves ont approuvée avec un bel enthousiasme !

Ma notation : 4,25/5



vendredi 17 mars 2017

Cinder


Auteur : Marie Sexton
Editions : Mxm Bookmark



Eldon Cinder donnerait n’importe quoi pour revoir le prince Xavier une dernière fois, mais seules les femmes sont invitées au bal royal. Quand une sorcière propose de faire d’Eldon une femme pour seulement une nuit, il accepte.
Un sort.
Une nuit.
Une danse.
Qu’est-ce qui pourrait mal tourner?
Paru le 1 octobre 2014




Mon avis :

Il faut avouer que c'est cette couverture sublime qui a tout d'abord attiré mon attention, puis l'auteur et le résumé qui ont fini de me convaincre.
J'aime beaucoup les réécritures de conte et celle-ci est très réussie, sans dénaturer l'esprit initial mais avec une vraie liberté.


Eldon Cinder vit chez sa tante avec ses deux cousines. Il y fait office de domestique et est passé maître dans l'art de coiffer et habiller les deux filles, il passe quasiment tout son temps à les servir.
A l'occasion d'une sortie en forêt, il va rencontrer sans le reconnaître le prince.... une jolie connivence s'installe entre ces deux-là, et jours après jours, ils multiplient les rencontres, échangent, discutent, apprennent à se connaître. Ce sont des petits moments hors du temps ou chacun échappe à son quotidien pesant, des rendez-vous précieux.

Mais le prince doit absolument prendre une épouse pour pouvoir hériter de la couronne... Un bal est de ce fait organisé où seules les jeunes filles du royaume sont conviées...
Eldon donnerait tout pour une dernière entrevue avec cet homme qu'il chérit secrètement....


Et bien entendu, comme dans tout bon conte qui se respecte, tout devient possible avec une pincée de magie, même les invraisemblances, surtout les invraisemblances pour notre plus grand bonheur ! 

J'ai beaucoup aimé d'une part la plume de l'auteur, c'est vraiment bien écrit/traduit, et d'autre part le traitement du conte qui est dépoussiéré de jolie façon. Point de citrouille ou de carrosse, mais des clins d’œil successifs aux contes de notre enfance : Raiponce, La belle au bois dormant etc....et surtout de jolies trouvailles : le personnage de Milton, drôle, attachant...., la fée très originale qui devient un mixte de toutes celles qui subsistent au creux de nos mémoires, celles des frères Grimm, d'Andersen et autres...

Un texte court, de la passion, de la magie, du rêve et un rien de sensualité, une lecture d'adulte aux parfums de l'enfance .... un joli moment de lecture ! 

Ma notation : 4/5

mercredi 15 mars 2017

Montana 1948



Auteur : Larry Watson
Editions : Gallmeister


De l'été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n'a pu chasser ni même estomper. Ainsi s'ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l'encontre de l'oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d'une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d'avoir à choisir entre la justice et la loyauté à sa famille. Montana 1948 raconte la perte des illusions de l'enfance et la découverte du monde adulte dans une écriture superbe, digne des plus grands classiques américains.
Paru le 30 avril 2010

Mon avis :
Un petit livre court, tout juste 160 pages, mais qui possède une grande force d'évocation.
Une écriture classique et dense, une écriture belle et ample, une narration fluide ciselée pour raconter un récit qui s'apparente aux grandes tragédies classiques.

David Hayden est un jeune garçon solitaire,  un gamin qui s'épanouit avant tout dans l'isolement et la nature.
"Il m'arrivait de pouvoir rester assis pendant une heure sur un rocher, au bord de la rivière, sans souhaiter d'autre conversation que le murmure régulier de l'eau. J'étais sans aucun doute un enfant introverti, mais plus encore, j'éprouvais hors de la société une plénitude qu'il m'était absolument impossible de ressentir en son sein."
Il nous raconte un épisode particulièrement tragique de sa vie, intervenu l'année de ses 12 ans.

Pour planter le décor, dans la famille Hayden, il y a le grand-père, Julian  figure imposante de Bentrock, ancien shérif et propriétaire d'un ranch florissant, un homme autoritaire. et qui n'a d'yeux et d'intérêt que pour son second fils... 
Il y a le premier fils Wesley, shérif et père du jeune David, un homme au genou abîmé, ce qui lui a valu d'être réformé et de faire pâle figure à côté de son frère au charisme flamboyant.
Et il y a Frank, héros de guerre, médecin respecté et le préféré de son père qui n'a d'yeux et d'intérêt que pour lui et  occulte complètement l'autre...
Toute cette petite famille vit en bonne intelligence, Wesley avalant en silence les rebuffades du père et la préférence étalée aux yeux de tous.

Marie Little Soldier, une jeune fille sioux au service de la famille tombe malade et semble tétanisée de peur à l'idée de se faire soigner par Frank Hayden.  Intriguée et un brin inquiète, la mère du jeune David creuse un peu la question ....et l'accusation tombe, violente, indécente et c'est toute la famille qui vole en éclat...
"Ce que j'entendis annonçait une telle rupture dans nos existences, un tel abîme séparant désormais ce que nous étions de ce que nous ne serions plus jamais, qu'il faudrait, semble-t-il, mesurer le temps à cette aune."
David du haut de ses douze ans, gamin curieux qui se glisse derrière les portes pour cueillir chaque confidence, chaque conversation, va être le témoin privilégié d'un drame qui se joue entre les trois hommes de son clan, un drame intimiste, un drame violent. 
Son père est écartelé entre son devoir de shérif et son lien affectif de frère et de fils... un choix cornélien, et David va assister à toutes ses hésitations, au combat d'un homme avec sa conscience....

Dans cette petite ville du Montana où les Indiens sont implantés et vivent mêlés à la population, il demeure encore de nombreux préjugés et le racisme reste latent. Même le shérif, un homme droit n'y échappe pas :
"....autant avouer tout de suite quelque chose que je préférais oublier : mon père n'aimait pas les Indiens. En fait, on ne peut pas vraiment dire qu'il ne les aimait pas, mais il avait peu de considération pour eux. Il n'avait rien d'un esprit mesquin et haineux - il pensait certainement être aussi exempt de préjugés q'on peut l'être - et il pouvait se montrer généreux bon et respectueux envers les Indiens, comme avec tout un chacun. Néanmoins il pensait que les Indiens étaient, à quelques exceptions près, ignorants, paresseux, superstitieux et irresponsables....."
Et si au départ, la tentation est très forte pour Wesley Hayden de minimiser toutes ces accusations, c'est l'intervention du jeune garçon qui va jouer un rôle essentiel dans la tragédie qui se déroule cet été là. qui va précipiter les choses.
Devant l'inéluctable, le frère et shérif va prendre une décision lourde de conséquences .... l'atmosphère petit à petit devient étouffante, la tension enfle jusqu'au dénouement inattendu!

Un été violent qui bouleverse la vie d'une famille, la fraîcheur du regard d'un enfant qui s’abîme contre la violence des hommes, la tragédie d'un homme seul face à sa conscience.....un récit d'une grande sensibilité,  maîtrisé de bout en bout et un très bon moment de lecture.

Ma notation : 4,6/5