vendredi 17 mars 2017

Cinder


Auteur : Marie Sexton
Editions : Mxm Bookmark



Eldon Cinder donnerait n’importe quoi pour revoir le prince Xavier une dernière fois, mais seules les femmes sont invitées au bal royal. Quand une sorcière propose de faire d’Eldon une femme pour seulement une nuit, il accepte.
Un sort.
Une nuit.
Une danse.
Qu’est-ce qui pourrait mal tourner?
Paru le 1 octobre 2014




Mon avis :

Il faut avouer que c'est cette couverture sublime qui a tout d'abord attiré mon attention, puis l'auteur et le résumé qui ont fini de me convaincre.
J'aime beaucoup les réécritures de conte et celle-ci est très réussie, sans dénaturer l'esprit initial mais avec une vraie liberté.


Eldon Cinder vit chez sa tante avec ses deux cousines. Il y fait office de domestique et est passé maître dans l'art de coiffer et habiller les deux filles, il passe quasiment tout son temps à les servir.
A l'occasion d'une sortie en forêt, il va rencontrer sans le reconnaître le prince.... une jolie connivence s'installe entre ces deux-là, et jours après jours, ils multiplient les rencontres, échangent, discutent, apprennent à se connaître. Ce sont des petits moments hors du temps ou chacun échappe à son quotidien pesant, des rendez-vous précieux.

Mais le prince doit absolument prendre une épouse pour pouvoir hériter de la couronne... Un bal est de ce fait organisé où seules les jeunes filles du royaume sont conviées...
Eldon donnerait tout pour une dernière entrevue avec cet homme qu'il chérit secrètement....


Et bien entendu, comme dans tout bon conte qui se respecte, tout devient possible avec une pincée de magie, même les invraisemblances, surtout les invraisemblances pour notre plus grand bonheur ! 

J'ai beaucoup aimé d'une part la plume de l'auteur, c'est vraiment bien écrit/traduit, et d'autre part le traitement du conte qui est dépoussiéré de jolie façon. Point de citrouille ou de carrosse, mais des clins d’œil successifs aux contes de notre enfance : Raiponce, La belle au bois dormant etc....et surtout de jolies trouvailles : le personnage de Milton, drôle, attachant...., la fée très originale qui devient un mixte de toutes celles qui subsistent au creux de nos mémoires, celles des frères Grimm, d'Andersen et autres...

Un texte court, de la passion, de la magie, du rêve et un rien de sensualité, une lecture d'adulte aux parfums de l'enfance .... un joli moment de lecture ! 

Ma notation : 4/5

mercredi 15 mars 2017

Montana 1948



Auteur : Larry Watson
Editions : Gallmeister


De l'été de mes douze ans, je garde les images les plus saisissantes et les plus tenaces de toute mon enfance, que le temps passant n'a pu chasser ni même estomper. Ainsi s'ouvre le récit du jeune David Hayden. Cet été 1948, une jeune femme sioux porte de lourdes accusations à l'encontre de l'oncle du garçon, charismatique héros de guerre et médecin respecté. Le père de David, shérif d'une petite ville du Montana, doit alors affronter son frère aîné. Impuissant, David assistera au déchirement des deux frères et découvrira la difficulté d'avoir à choisir entre la justice et la loyauté à sa famille. Montana 1948 raconte la perte des illusions de l'enfance et la découverte du monde adulte dans une écriture superbe, digne des plus grands classiques américains.
Paru le 30 avril 2010

Mon avis :
Un petit livre court, tout juste 160 pages, mais qui possède une grande force d'évocation.
Une écriture classique et dense, une écriture belle et ample, une narration fluide ciselée pour raconter un récit qui s'apparente aux grandes tragédies classiques.

David Hayden est un jeune garçon solitaire,  un gamin qui s'épanouit avant tout dans l'isolement et la nature.
"Il m'arrivait de pouvoir rester assis pendant une heure sur un rocher, au bord de la rivière, sans souhaiter d'autre conversation que le murmure régulier de l'eau. J'étais sans aucun doute un enfant introverti, mais plus encore, j'éprouvais hors de la société une plénitude qu'il m'était absolument impossible de ressentir en son sein."
Il nous raconte un épisode particulièrement tragique de sa vie, intervenu l'année de ses 12 ans.

Pour planter le décor, dans la famille Hayden, il y a le grand-père, Julian  figure imposante de Bentrock, ancien shérif et propriétaire d'un ranch florissant, un homme autoritaire. et qui n'a d'yeux et d'intérêt que pour son second fils... 
Il y a le premier fils Wesley, shérif et père du jeune David, un homme au genou abîmé, ce qui lui a valu d'être réformé et de faire pâle figure à côté de son frère au charisme flamboyant.
Et il y a Frank, héros de guerre, médecin respecté et le préféré de son père qui n'a d'yeux et d'intérêt que pour lui et  occulte complètement l'autre...
Toute cette petite famille vit en bonne intelligence, Wesley avalant en silence les rebuffades du père et la préférence étalée aux yeux de tous.

Marie Little Soldier, une jeune fille sioux au service de la famille tombe malade et semble tétanisée de peur à l'idée de se faire soigner par Frank Hayden.  Intriguée et un brin inquiète, la mère du jeune David creuse un peu la question ....et l'accusation tombe, violente, indécente et c'est toute la famille qui vole en éclat...
"Ce que j'entendis annonçait une telle rupture dans nos existences, un tel abîme séparant désormais ce que nous étions de ce que nous ne serions plus jamais, qu'il faudrait, semble-t-il, mesurer le temps à cette aune."
David du haut de ses douze ans, gamin curieux qui se glisse derrière les portes pour cueillir chaque confidence, chaque conversation, va être le témoin privilégié d'un drame qui se joue entre les trois hommes de son clan, un drame intimiste, un drame violent. 
Son père est écartelé entre son devoir de shérif et son lien affectif de frère et de fils... un choix cornélien, et David va assister à toutes ses hésitations, au combat d'un homme avec sa conscience....

Dans cette petite ville du Montana où les Indiens sont implantés et vivent mêlés à la population, il demeure encore de nombreux préjugés et le racisme reste latent. Même le shérif, un homme droit n'y échappe pas :
"....autant avouer tout de suite quelque chose que je préférais oublier : mon père n'aimait pas les Indiens. En fait, on ne peut pas vraiment dire qu'il ne les aimait pas, mais il avait peu de considération pour eux. Il n'avait rien d'un esprit mesquin et haineux - il pensait certainement être aussi exempt de préjugés q'on peut l'être - et il pouvait se montrer généreux bon et respectueux envers les Indiens, comme avec tout un chacun. Néanmoins il pensait que les Indiens étaient, à quelques exceptions près, ignorants, paresseux, superstitieux et irresponsables....."
Et si au départ, la tentation est très forte pour Wesley Hayden de minimiser toutes ces accusations, c'est l'intervention du jeune garçon qui va jouer un rôle essentiel dans la tragédie qui se déroule cet été là. qui va précipiter les choses.
Devant l'inéluctable, le frère et shérif va prendre une décision lourde de conséquences .... l'atmosphère petit à petit devient étouffante, la tension enfle jusqu'au dénouement inattendu!

Un été violent qui bouleverse la vie d'une famille, la fraîcheur du regard d'un enfant qui s’abîme contre la violence des hommes, la tragédie d'un homme seul face à sa conscience.....un récit d'une grande sensibilité,  maîtrisé de bout en bout et un très bon moment de lecture.

Ma notation : 4,6/5 

dimanche 12 mars 2017

Et tu vis encore



Auteur : Corinne Martel
Editions : IS Edition

Alice, une jeune star de la chanson, a de mystérieux secrets qu’elle nomme le « Plan A ».
Marc, un écrivain de polars, appelle les siens le « Plan B ». En panne d’inspiration, il passe son temps à visiter des sites monstrueux qui troublent son équilibre mental.
Quant à Pierre, il réussit à obtenir la direction d’une nouvelle prison composée de trente-huit détenus très spéciaux : des tueurs en série enfermés à vie. Sur son bureau, une chemise grise, nommée le « plan C ».
L’atmosphère est bien trop angoissante pour ce si petit village du Vercors...
L'heure des choix ne serait-elle pas prématurée ? Ils le savent bien, la mise en place de leurs plans va bouleverser le cours de leurs vies et les conséquences seront irréparables.
Et vous, à leur place, qu’auriez-vous fait..?

Meurtres, secrets de famille, suspense... L’énigmatique thriller de Corinne Martel est un bijou de ruses et double sens qui ne laissera aucun lecteur indemne.
Paru le 10 décembre 2016

Mon avis :

Je ressors à la fois vraiment emballée par ce roman mais aussi très frustrée...

Un récit très vite lu qui nous plonge dans les secrets d'une famille énigmatique à la veille de Noël
Immédiatement l'intérêt est suscité , les mystères planent, multiples.... les comportements sont étranges...
C'est un thriller qui ne ressemble à nul autre, pas de meurtre sanglant et le seul enquêteur est le lecteur qui peine à comprendre ce qui se passe et qui est pris à parti... 

Alice, la plus jeune, jeune star de la chanson raconte .... les chapitres sont courts, les enchaînements rapides.. on suit Alice, puis Marc, puis Henriette, puis Pierre, puis les jumeaux, tous nous interpellent tour à tour, tous ont un secret et les allusions à un plan A, B ou C nous plongent dans  l'interrogation...
Plusieurs points de vue se succèdent rendant la lecture à la fois dense et vivante, on a du mal à fermer le livre parce qu'on veut absolument comprendre ce qui se trame.
Une famille, des individus pris un à un qui semblent chacun être un électron isolé mais qui finalement ne forment vraiment qu'un tout et se resserrent tous ensemble vers un final surprenant.

Peu à peu, les fils sont démêlés, les pièces remises dans l'ordre et l'on ne  mesure qu'à la toute fin tous les tenants et les aboutissants de cette surprenante histoire au scénario très maîtrisé.

J'ai tout de suite accroché à l'écriture, il y a des passages vraiment très réussis, je pense notamment au portrait de Henriette  l'aïeule que j'ai vraiment adoré, un portrait sensible, vivant et particulièrement touchant de cette vieille dame... j'ai d'ailleurs cru qu'elle serait la point central de l'histoire.

Si j'ai trouvé le récit très judicieux, l'idée originale, j'ai tout de même quelques réserves...
En premier lieu, la brièveté, il m'a manqué des développements, des détails, je reste avec quelques questions en suspens et c'est frustrant.
Bien sûr cette concision amène aussi un rythme, mais il m'a manqué trop de petites choses, j'aurais eu besoin de plus d'étoffe.
Si le portrait de Henriette est particulièrement réussi, celui de Marc très troublant, les autres sont inégaux, je trouve que certains personnages auraient mérité d'être un peu plus fouillés, c'est le cas de celui de Vincent dont les réactions sont si étranges et qui semble cacher quelque chose de plus...
Quid des amis qui sont partie prenante de l'histoire, j'aurais adoré comprendre le pourquoi de leur investissement qui me semble beaucoup moins évident que celui de la famille...  

Bref, un très joli style vraiment, une plume sensible et vivante, un scénario très bien construit, une histoire particulièrement originale c'est l'atout premier du récit sur un thème qui ne peut que nous interpeller mais il m'a manqué un peu d'étoffe pour que le tout soit totalement abouti pour moi.

J'ai hâte de lire un autre roman de Corinne Martel, je sais déjà que le prochain sera plus long et je m'en réjouis d'avance ! 

Ma notation : 3,9/5

jeudi 2 mars 2017

Mes lectures de janvier et février 2017




Un chouette début d'année avec de très belles lectures vraiment à commencer par

"Un éclat de givre" de Estelle Faye, mon gros coup de cœur ♥
captivant, visuel, émouvant, ciselé.... et le personnage de Chet ♥
un post apocalyptique futuriste accompagné d'une bande son jazzy nostalgique
(j'ai tellement aimé que j'ai du mal à écrire mon avis, je n'arrive pas à retranscrire tout ce que je voudrais, j'y travaille ....)

"Prendre Lily" et "Prendre Gloria" de Marie Neuser qui m'ont littéralement emportée

"Serre moi fort" de Claire Favan qui m'a bouleversée et tenue en haleine jusqu'au bout

Une vraie belle surprise avec l'univers détonnant (et même gore !) du livre
"Le père Noël assassiné" de Kenneth B. Andersen

mais aussi avec le profond "Dans la forêt" de Jean Hegland

Les auteurs qui confirment livres après livre : Tessa Dare, Kristan Higgins

La découverte de nouveaux auteurs qui seront à suivre :
Patricia La Sausse et Corinne Martel


Et toujours des bandes dessinées 

Le puissant et incroyable "Maus" de Art Spiegelman

Le très subtil et émouvant
"L'amour est une haine comme les autres" de Stéphane Louis, Lionel Marty et Vera Daviet

"Les enfants de la résistance" de Benoît Ers et Vincent Dugomier,
une bande dessinée très réussie, intelligente et documentée

Le très élégant album "La délicatesse" de Cyril Bonin,
un dessin tout en nuance et petites touches au service du très beau texte de David Foenkinos.

Le prometteur "Rose" de Emilie Alibert, Denis Lapière et Valérie Vernay
palpitant et plein de surprises


Et toutes les autres lectures qui m'ont encore une fois accompagnée, déroutée, dérangée, fait rire, sourire, frémir, pester, soupirer et même me fâcher....

Un chouette début d'année.... assurément !
 
     

     

     

     

   


Le père Noël assassiné de Kenneth B. Andersen 4,7/5   mon avis
Prendre Lily de Marie Neuser 4,8/5  mon avis
Prendre Gloria de Marie Neuser 4,5/5  mon avis
Rose de Emilie Alibert, Denis Lapière et Valérie Vernay  4,5/5  mon avis
La délicatesse de Cyril Bonin et David Foenkinos 4,2/5 (avis à venir....)
Les enfants de la résistances tomes 1 et 2 de Benoît Ers et Vincent Dugomier 4,7/5  mon avis
Un éclat de givre de Estelle Faye 4,9/5 ♥♥♥ (avis en cours....)
Dans la forêt de Jean Hegland 4,2/5  (avis à venir....)
L'anarchiste et l'étudiant de Jeanne Malysa 4/5  mon avis
Des petits biscuits pour la timidité de Errol Sabatini 3,8/5  mon avis
L'ange gardien de May Calmes 3,5/5  mon avis
Je tue les enfants français dans les jardins de Marie Neuser 3,8/5  mon avis
Si seulement... la vie s'apprenait dans les romans d'amour de Kristan Higgins 4,5/5   mon avis
L'amour est une haine comme les autres de Stéphane Louis, Lionel Marty et Vera Daviet 4,7/5  mon avis
La balafre de Jean-Claude Mourlevat 4,2/5  mon avis
Maus de Art Spiegelman 4,9/5  (avis à venir....)
Serre moi fort de Claire Favan 4,5/5  mon avis
Dark romance de Peneloppe Douglas 0,5/5  mon avis
Montana 1948 de Larry Watson 4,6/5  (avis en cours....)
Seuls de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann 3,8/5  (avis à venir....)
Le Jarwal de Patricia Le Sausse 3,9/5  (avis en cours....)
Et tu vis encore de Corinne Martel 3,9/5  mon avis
Cinder de Marie Sexton 4/5  (avis à venir....)
Je voyage seule de Samuel Bjørk 4/5 (avis à venir....)
La contrebasse de Patrick Süskind 4/7/5  (avis à venir....)
Il était une fois un duc de Tessa Dare 4,5/5 (avis à venir....)