lundi 5 juin 2017

Marginal


Auteur : Marie Sexton
Editions : Mxm Bookmark


1986. Ce qui aurait dû être le meilleur été de la vie de Nate Bradford prend une tournure bien aigre lorsque ses parents décident soudainement de divorcer. Aujourd’hui, au lieu de passer sa dernière année de lycée dans sa ville natale, Austin, au Texas, il vit avec son père à Warren, dans le Wyoming. Population : 2 833 (et Nate trouvait cette estimation bien généreuse). Pas de piscine, pas d’équipe de tennis, pas de centre commercial – pas même MTV à la télé. L’école tout entière est plus petite que son ancienne classe, et dans une ville où les passe-temps préférés des ados sont le sexe et la drogue, Nate ne se sent pas à sa place.
Puis, il rencontre Cody Lawrence. Fauché, issu d’une famille brisée, et clairement du mauvais côté de la barrière. Le père de Nate dit que Cody n’apporte que des problèmes ; les autres gamins disent que c’est un vaurien. Mais Nate sait que Cody est un bon garçon qui n’a jamais été. En fait, il commence même à se demander si sentiments pour Cody ne vont pas au-delà d’une simple amitié.
Admettre qu’il pourrait être gay est déjà difficile, mais entre les préjugés d’une petite ville et la progression du SIDA qui faisait la une des journaux, il n’y avait pas de place pour deux jeunes hommes tombant amoureux l’un de l’autre dans un endroit comme Warren, Wyoming.
Paru le 8 mars 2017

Mon avis :

Deuxième livre de Marie Sexton que je lis et c'est une fois encore une lecture, à la fois romance et témoignage social qui m'a profondément  touchée.

Lorsque Nate arrive à Warren dans le Wyoming, c'est toute sa vie qui est bouleversée : divorce de ses parents, changement d'école, de copains, abandon de ses activités préférées...
Le premier qu'il rencontre est Cody dont il ne mesure pas de suite la grande misère sociale.  Entre ces deux là, pendant tout l'été, se noue une étrange amitié, faite de connivence mais pleine d'ombres et de non-dits. Progressivement Nate commence à mesurer le fossé entre leurs niveaux de vie, il découvre une réalité qu'il ne soupçonnait pas et va faire preuve d'élégance et de finesse.
Pourtant lorsque reprend l'école, Cody s'efface, au grand dam de Nate, laissant libre cours à toutes les rumeurs et les insultes à son égard. Il est pointé du doigt comme  voyou...

Nate découvre alors la vie dans une petite ville où tout le monde se connait, s'épie, où le temps semble s'arrêter, l'ennui plane, les clans s'opposent...L'atmosphère est étouffante.
Il cherchera à renouer avec un Cody fuyant, meurtri, sans aucune confiance en lui qu'il va devoir apprivoiser.
Peu à peu, ils se retrouvent,  l'amitié reprend ses droits et évolue vers des sentiments plus confus mais il est difficile de découvrir sa sexualité et de s'accepter face aux mentalités étriquées et au rejet des parents...
Pour compliquer le tout, la menace du SIDA plane, sans aucune information fiable sur laquelle s'appuyer, cristalise les peurs et laisse toutes les interprétations possibles...

Outre la très belle histoire d'amour entre ces deux adolescents, pleine d'émotion et de délicatesse, où les sentiments s'expriment pas à pas avec une jolie retenue,  j'ai adoré suivre les relations des deux garçons avec leurs parents. Marie Sexton sait tellement bien imposer les silences qui envahissent l'espace... Comment ne pas être bouleversé par la pudeur entre Cody et sa mère, par les émotion qui le dévastent lorsqu'il comprend ce qu'elle tait... Quelle femme étonnante, formidable ! Comment ne pas ressentir une empathie pour Nate lorsque les non-dits explosent entre son père et lui...  le ton est terriblement juste, tout est bien dosé.

Mais ce que j'aime par dessus tout chez Marie Sexton, c'est cette foi en l'homme que l'on sent dans ses récits, cet optimisme qui resurgit à chaque fois.
Alors oui, il y a des moments sombres, des moments durs avec les familles mais chez elle, l'amour et l'affection est un formidable vecteur d'ouverture d'esprit, une vague qui emporte les préjugés pourtant bien ancrés.... et le tout avec beaucoup de réalisme, une justesse de ton et une absence de pathos que j'aime tout particulièrement.

Une très belle histoire chargée d'émotion, de délicatesse, de pudeur et de passion, parfois touchante, parfois violente mais toujours servie par une plume juste et sensible.

Ma notation : 4,7/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire